Comment apprennent nos élèves ?

C’est une question que l’on se pose rarement et à laquelle nous avons décidé de nous intéresser cette semaine : Comment apprennent nos élèves ? Certes, en tant que professionnels du monde de l’Éducation, on devrait se préoccuper davantage à cette question. En effet, si l’on sait quels sont les processus d’apprentissage et les étapes par lesquelles passent nos élèves, notre tâche quotidienne en serait facilitée.

Pour donner des éléments de réponses, on pourrait essayer de compléter la question : Apprennent-ils par le jeu ? Avec les Tice ?

Question-réponse : Si on ne sait pas répondre à cette question, comment peut-on proposer des situations d’apprentissage en adéquation avec la façon dont ils apprennent ? Notre défi est celui de construire de réels apprentissages et pour y arriver, mettre en œuvre une méthodologie et une pédagogie efficaces.

Observer et écouter : notre place doit parfois être celle de rester au second plan. La première évidence est que selon le public, les manières d’apprendre varient. Les profils sont différents, nous sommes tous différents et uniques. Ouvrons l’œil et apprenons à connaitre nos apprenants et détecter leurs faiblesses, leurs points forts et leurs centres d’intérêts. S’intéresser à eux c’est aussi apprendre leurs manières d’apprendre.

Les interactions : les situations de groupes sont les plus propices à l’apprentissage et comme l’a très justement dit Vygotski : « Ce que l’enfant sait faire aujourd’hui en collaboration, il saura le faire tout seul demain. »

Agir et faire pour se questionner : Vous n’avez pas l’impression qu’on utilise trop peu nos mains en cours de français (et attention, tenir le stylo et écrire ne compte pas !). Les manipulations et les expérimentations sont le point de départ des questionnements. Agir c’est aussi construire et fabriquer. En français est-ce possible pourront penser certains ? Imaginez que toutes ces étapes concrètes se réalisent en français ou bien nous donnent pied à découvrir du vocabulaire nouveau, de nouvelles expressions, de nouvelles structures ? C’est plutôt intéressant puisque tout a du sens. Ce qui sera travailler en classe découlera directement de ce qui a surgit lors de propres expériences des élèves. Il n’y a rien de mieux que de créer un environnement réel dans lequel les élèves évoluent, parlent, expriment leur opinion, posent des questions… le tout en voyant, en touchant, en écoutant, (en sentant et en goûtant, selon les activités). Concrètement, j’apporte (moi, mais eux aussi !) des vêtements, des aliments, des lego, des photos, …, toutes sortes d’objets.

Revenir sur le vécu : cela revient à mettre des mots sur ce qui a été vécu et expérimenté. Il est beaucoup plus facile de parler de choses qu’on a connu, qu’on a vu, qu’on a touché, (…), ne croyez-vous pas ? Vous serez surpris de voir à quel point, même les élèves les moins « actifs » s’impliquent dans les activités proposées. Se poser des questions sert à construire des situations d’apprentissage pertinentes.

  • Si je cherche vraiment à connaitre mon groupe,
  • Si je cherche à comprendre leur manière d’apprendre,
  • Si je m’intéresse à leurs goûts et à leurs demandes et besoins,
  • Si finalement, je suis un peu plus dans l’écoute que dans les automatismes,
  • Alors, j’agis avec distance, compétence, réflexion.
  • Et … je peux faire les bons choix !

Apprenons à être un peu plus dans le sens 😉

Préparons l’arrivée du Saint-Nicolas

Depuis la semaine dernière, nos billets nous offrent un avant-goût de Noël, ou du moins de la magie du mois de décembre et des fêtes qui l’accompagnent. Cette semaine, nous vous invitons à préparer l’arrivée du Saint-Nicolas et nous nous proposons de faire découvrir cette tradition du nord et nord-est de la France, à nos élèves, en classe.

Une grande partie de nos élèves ignore qui est le Saint-Nicolas, il est donc utile de commencer par leur projeter une photo de ce personnage. On peut aussi leur passer cette vidéo. Laissez-les réfléchir et dire ce qui leur vient l’esprit : « Qui est-il ?  » – « Faites une description physique » – « À qui vous fait-il penser ?  » – … . Ils répondront sans doute qu’il ressemble au Père Noël, mais laissez-les réfléchir sur le fait que c’est peut-être le contraire.

Quand a lieu cette fête ? Les élèves prennent un calendrier et cherchent quand a lieu la Saint-Nicolas; c’est-à-dire : Quel jour de l’année, fête-t-on les Nicolas ? (peut-être avez-vous un élève qui s’appelle Nicolas !). On les laissera chercher par eux-mêmes jusqu’à ce qu’ils trouvent la date exacte, le 6 décembre.

Quelle est la légende du Saint-Nicolas ? C’est l’histoire de 3 petits enfants, qui se sont perdus dans les champs. Il commença à faire nuit et ils furent incapables de retrouver le chemin pour rentrer à la maison. Ils virent de la lumière et frappèrent à la porte d’une maison. C’était la maison du boucher, un méchant homme, qui avait découpé les enfants en morceaux et les avaient laissés dans le saloir. Au bout de sept ans, le Saint-Nicolas alla frapper chez le boucher, lui demanda qu’il ouvre la porte du salir et il fit alors un miracle : les 3 enfants réapparurent vivants !

Le protecteur des enfants : le Saint-Nicolas, c’est aujourd’hui, le patron des écoliers. À la base, c’est un évêque. Il vit en Turquie (IIIº-IVº siècle).

Le Saint-Nicolas c’est donc une légende qui se transmet et une chanson qui s’apprend en classe :

Comment on célèbre la Saint-Nicolas aujourd’hui ? 

  • Le Saint-Nicolas rend visite aux enfants dans les écoles et leur distribue des bonbons et des friandises.
  • Le Père Fouettard, qui accompagne le Saint-Nicolas, est un Monsieur qui, fait peur aux enfants et qui distribue des triques aux enfants qui ne sont pas sages.
  • Dans les villes, on fête aussi le Saint-Nicolas. Un défilé est organisé, le plus beau est certainement celui de Nancy où en plus du défilé, un spectacle de sons et lumières est projeté sur la Place Stanislas.

Cette année, la ville de Nancy nous donne rendez-vous le week-end prochain, pour vivre un moment exceptionnel ! Le grand défilé aura lieu le 2 décembre. Et voici un avant-goût de ce qui nous y attend !

Alors, on y va ? Ça vous dit ?

 

 

Compte à rebours pour le calendrier de l’avent en français

Il ne reste plus que quelques jours avant le mois de décembre. Le compte à rebours à commencé et pour cela, nous vous proposons aujourd’hui quelques idées pour créer votre propre calendrier de l’Avent pour la classe.

Principe du calendrier de l’Avent : Maintenant, on voit des calendriers de l’Avent un peu partout, sur internet, dans les supermarchés, dans les écoles, dans les bâtiments officiels, etc. Il en existe de toutes sortes et de toutes les formes. Mais, d’où vient cette tradition ? On posera quelques questions à nos élèves en classe : Qu’est-ce que c’est ? À quoi ça sert ? Quel est le principe ? Pour qui a-t-il été créé ? … Voici quelques éléments de réponse : c’est une tradition allemande. Il a été créé au XIXº siècle, pour faire patienter les enfants avant Noël. Depuis le VIº siècle, l’Avent est la période qui précède Noël. Vers 1850, les premiers calendriers apparaissent. Il se compose de 25 (en fait, entre 22 et 28) fenêtres (ou portes) à ouvrir. À l’intérieur se cachaient des images ou des paroles de l’Évangile. Ce n’est qu’en 1920 qu’apparûrent les premiers calendriers tels que nous les connaissons aujourd’hui. Le premier calendrier avec des chocolats est né en 1958. Dans les années 90, ils ont commencé se répandre un peu partout; avant cette date, on n’en trouvait pratiquement qu’en Alsace et en Allemagne. J’ai grandi dans le Nord-Est de la France et tous les ans j’avais mon calendrier ! Et autant vous dire qu’enfant, on n’attend qu’une chose : que ce soit le 1º décembre pour ouvrir la première porte et enfin découvrir la surprise, le chocolat ou le petit cadeau qui nous attend !!

Quelques idées pour la classe : comptez les jours de classe de français que vous avez avec vos élèves du 1º décembre jusqu’au vacances. Et enfant, on n’attend qu’une chose : que ce soit le 1º décembre pour ouvrir la première porte et enfin découvrir la surprise, le chocolat ou le petit cadeau qui nous attend !!

Qu’enfermer dans notre calendrier ? :

  • des cartes blagues / devinettes : « – Que se dit un sapin qui arrive en retard le soir du reveillon ? – Je vais encore me faire enguirlander. »
  • des cartes charades : « Mon premier est une consonne – mon second est une couleur – mon tout est est une saison. »
  • des cartes énigmes
  • des cartes rébus
  • des cartes révisions
  • des expressions et du vocabulaire de Noël
  • des chansons de Noël
  • des vidéos de Noël
  • des contes de Noël
  • des histoires de Noël (origines du sapin – des boules de Noël – des crèches – …)
  • des photos de marchés de Noël
  • un mot-croisés sur Noël
  • une recette de petits gâteaux de Noël
  • des jeux sur le thème de Noël

Et pour les bricoleurs / bricoleuses, voici un tuto très sympa pour fabriquer soi-même son propre calendrier de l’avent pour la classe :

Et maintenant, petits et grands, on se met au travail et on attend tous le 1º décembre avec impatience, pas vrai 😉 !!

 

Qu’est-ce que la méditation en classe et comment l’appliquer avec nos élèves de FLE ?

Comme une nouvelle semaine se profile, un nouveau billet FLE est là ! Nous avons  décidé de parler de la pleine conscience pour les enfants. Nous vivons dans un monde agité, nous courrons sans cesse après le temps. Ce n’est pas la question, mais  : à quoi bon ?! Cette course que nous menons en permanence et qui, finalement, rythme nos vies, agite nos enfants et résultat des courses : ils sont stressés et fatigués. Qu’est-ce que ça veut dire exactement ? À quoi sert la pleine conscience et comment l’appliquer en classe, avec nos élèves, c’est le programme que je vous propose cette semaine ! Lire la suite

“J’ai testé pour vous…” : Kahoot

Qui ne connait pas encore Kahoot ? Apprendre en s’amusant, ça vous dit quelque chose ? Voilà une manière de le faire. Cette semaine, dans notre section « J’ai testé pour vous », je vais vous parler de Kahoot. Pour définir ce que c’est, on pourrait tout simplement dire que c’est un site pour créer des quiz interactifs. Les QCM sont ensuite proposés à nos élèves, en classe.

Comment l’utiliser ? Tout d’abord, il faudra vous créer un compte. Ensuite, vous êtes prêt(e)s, on peut commencer à taper les questions et à sélectionner les paramètres. Entrez les réponses, le site vous permet de rentrer, par défaut, quatre réponses mais si vous voulez ne proposer que 2 ou 3 choix de réponses, c’est possible aussi. Par exemple, vous pouvez choisir d’attribuer des points ou pas, vous avez la possibilité de déterminer le temps attribué aux élèves pour répondre à chaque question (ça peut varier en fonction de la difficulté). De plus, sachez qu’on peut ajouter des images, des photos, des vidéos. Une fois le quiz créé, les élèves répondent aux questions par l’intermédiaire d’une tablette, d’un smartphone ou d’un ordinateur. Ils ont alors la possibilité de s’autoévaluer tout en visualisant leur degré de réussite ainsi que celui de leurs camarades. Une fois que le quiz est prêt à être lancé, un numéro est attribué à la partie. Le professeur clique sur « launch »; les élèves regardent leur écran, introduisent le numéro de la partie et ils n’ont plus qu’à répondre aux qestions. Quand la première question s’affiche, le compte à rebours est lancé et les différentes propositions s’affichent. Pour répondre, il suffit à chacun de cliquer sur la forme géométrique qui accompagne la réponse sélectionnée. Quand le temps imparti est terminé, la bonne réponse s’affiche automatiquement. Chaque élève sait alors s’il a bien répondu ou pas et le nombre de points qu’il a éventuellement remportés. Au terme du jeu, le gagnant est proclamé.

Exemples de Kahoot :

  • réviser un point de grammaire
  • réviser la conjugaison
  • travailler l’orthographe
  • travailler la phonétique
  • travailler la compréhension orale ou écrite
  • découvrir un aspect culturel

Les avantages ? C’est gratuit, prêt(e)s à créer ! On peut aussi utiliser les questionnaires et quiz déjà tout faits si on ne veut pas les créer soi-même. Cette dernière option permet de poser des questions adaptées à nos élèves, puisqu’on les connait. On peut finalement exploiter les résultats individuels de nos élèves à travers un fichier excel. Au terme de la partie, le professeur récupère automatiquement les résultats sur sa page en téléchargeant un fichier format tableur. C’est un gros avantage, puisque plus tard, on pourra reprendre ces résultats. les analyser et ainsi réfléchir aux activités différenciées à mettre en place pour que chaque élève puisse atteindre les objectifs visés.

Les élèves adorent puisque c’est ludique : tout ce qu’on aime ! On révise en jouant ! En plus d’être participant, tout le monde peut même devenir créateur et ça c’est un super challenge à proposer à vos apprenants ! Ils deviennent ainsi les maîtres du jeu et peuvent ainsi tester leurs camarades ! On fait aussi des jeux en équipes pour travailler des contenus linguistiques : une bonne manière de terminer une séquence !

À vous et à eux de jouer 😉 ! 

« Objectif : donner le goût de la lecture ». Stratégies pour l’aborder autrement.

La lecture pas nécessairement en français, mais la lecture tout court, ne passionne pas spécialement non élèves, n’est-ce pas ? Ça les ennuie, ça ne les attire pas, mais : pourquoi ? Peut-être n’ont-ils pas eu la chance de lire des livres qui les captivaient ? Ou encore ont-ils eu une mauvaise expérience ? Bref, ne cherchons pas de coupable, il s’agit d’avancer et notre objectif aujourd’hui est de donner le goût de la lecture à nos élèves. Pour cela, voyons quelques stratégies pour l’aborder autrement, en classe et en dehors de la classe.

Une mobilisation générale : En France, la semaine dernière, le Ministre de l’Éducation a lancé une campagne « Ensemble pour un pays de lecteurs » dont le but premier est de donner le goût de lire aux élèves, en classe mais aussi à nos enfants, à la maison ! Lire la suite

“J’ai testé pour vous…” : ClassDojo

Qu’est-ce donc ClassDojo ? penseront certains en lisant le titre de notre nouveau billet FLE ? Vous savez que les technologies doivent intégrer nos pratiques de classe et qu’on ne peut pas y échapper. Une fois par mois, nous vous proposerons un billet du même style afin de vous faire découvrir de nouveaux outils en ligne, pour que nous, professeurs, soyons toujours connectés 😉 Alors, c’est parti pour le premier chapitre, rentrons dans le vif du sujet ! ClassDojo est avant tout une plateforme de gestion du comportement de nos élèves. Je l’ai testée pour vous, poursuivez la lecture pour en savoir plus !

Depuis sa naissance en 2011, ClassDojo connait un succès énorme et est de plus en plus utilisé par les enseignants, parents et élèves. Pourquoi est-ce que j’ai décidé de vous en parler cette semaine ? La raison principale est que cet outil travaille surtout sur le côté positif et motivant. Vous savez que je suis pro-renforcement positif en classe, on a dájà  abordé le sujet dans de précédents billets.

Comment ça marche ? L’utilisation est on ne peut plus simple. J’ai testé et approuvé alors croyez-moi !

Lire la suite

Se marquer des challenges pour la nouvelle année !

Quels sont vos challenges pour cette nouvelle année ? Comme à chaque rentrée, je vous invite à prendre le temps de definir l’année qui se profile et comme on ne reste jamais sur ses acquis (qui mieux que nous pour le savoir !), on va se marquer des challenges à relever ! Qu’en pensez-vous ? Alors, avant tout, on peut se demander qu’est-ce que ça veut dire exactement ? Qu’est-ce qu’un challenge en classe de FLE ? Pour en savoir plus, je vous invite à lire ce billet.

Pour commencer et pour être sincère, avouons que le travail d’enseignant implique en lui-même de relever des défis. On nous demande d’assumer plusieurs rôles, on se retrouve à affronter des situations complexes, on est face à des classes surchargées et hétérogènes, on a un lourd programme et on manque de temps, etc. La liste pourrait continuer, ce sont les défis quotidiens face auxquels nous sommes confrontés. Admettons qu’on y fait face sans trop de difficultés, de la meilleure manière qu’il soit, je viens ici parler d’autres challenges et que l’on va se proposer à soi-même ! Notre métier est loin d’être monotone et pour se sentir sans cesse motivé, il est nécessaire de « se recycler » et de continuer à « se former » pour évoluer et ne pas rester ancré dans nos pratiques. Donc, je me lance des défis à moi-mêmes ! Ça veut dire que je décide de changer quelque chose dans mes pratiques de classe. Que souhaitez-vous modifier ou apporter ? À vous de voir… Rappelez-vous, l’année dernière, à la même époque, on parlait d’objectif DELF. Lire la suite

Profitez des premières séances pour évaluer et réviser malin !

Cette semaine c’est la »vraie » rentrée ! Vous l’attendiez avec impatience, avouez-le 😉 eh bien on y est ! La rentrée implique beaucoup de choses à faire, à penser mais pour bien commencer, on peut profiter des premières séances pour réviser malin ! Je vous proposer quelques petites idées pour alléger ce début d’année scolaire et démarrer dans de bonnes conditions. C’est la rentrée, un peu comme notre entrée en scène. Les premiers jours face à nos nouvelles classes, on doit regarder les élèves, un par un et de faire connaissance si on ne les connait pas.

Évaluation de rentrée : prendre le temps de découvrir où se situe chaque apprenant par rapport aux apprentissages prévus dans le programme est essentiel. Alors, ceux qui me connaissent savent que le mot « évaluation » en lui-même ne me plait pas du tout, je dirais même que j’ai beaucoup de difficultés à évaluer mes élèves. Pourquoi ? Surtout parce que dans le mot « évaluation », il y a le mot « valeur » et j’ai énormément de mal à noter mes élèves. Une note isolée, sans explications, sans prendre le temps de parler avec l’élève et finalement de déchiffrer cette « note », ne sert strictement à rien. Au contraire, on risque de les démotiver… Cependant, il ne faut pas être non plus si radical. Au moment de la rentrée, j’évalue tout de même, mais quoi et comment ? Lire la suite

C’est la rentrée. Comment bien démarrer la nouvelle année scolaire ?

C’est le grand jour … la rentrée est là ! Soyons prêt(e)s !

Les grandes vacances sont derrière nous, une nouvelle année scolaire se profile, vous le savez aussi bien que moi, il est important de démarrer du bon pied ! Mais comment bien démarrer la nouvelle année scolaire ? Pour ce premier post de rentrée, nous vous proposons de répondre à cette question en apportant de petits conseils, quelques astuces pour alléger la reprise et surtout poser les bonnes bases de ce qui sera une année riche en apprentissages, et surtout, en français !

Un moment fort en émotions ! : la rentrée, pour tout enseignant, qu’il soit expérimenté ou débutant, est synonyme d’émotions. La rentrée, ça ne s’improvise pas ! Ça se prépare ! On en a déjà parlé plusieurs fois sur notre blog, pour que la classe soit réussie, pour que les apprentissages puissent être gagnants : nos cours doivent être préparés, organisés. Les élèves sont des êtres sensibles, la moindre faille sera ressentie ! On ne va pas exagérer, tout ne se joue pas au premier regard, mais quand même, soyez prêts !

Instaurer un climat de confiance. Vous aurez tout gagné si vous réussissez à constituer un sentiment d’appartenance à la classe, et que vos élèves puissent se sentir partie intégrante de cette classe-équipe. On accueille les élèves, on fait connaissance et dès le debut : on les met en confiance, c’est une des règles essentielles pour commencer à installer ce climat de confiance. Ils doivent sentir qu’ils comptent, que vous vous intéressez à eux.

Mieux se connaitre. « L’élève », et je le mets au singulier, car chaque apprenant est différent, donc chacun d’eux doit sentir qu’il est important à vos yeux (difficile avec une clase de 30, voire plus… mais quand même !). On profitera des premiers jours pour faire connaissance (refaire) et mieux se connaitre si on se connait déjà. Certes, c’est un exercice classique de rentrée mais évitez la fiche de renseignements, c’est désuet, pensez à « innover ». Comme vous savez que j’adore les cartes mentales, on pourra demander aux élèves de réaliser une carte mentale pour se présenter. Et pour avoir le côté jeu-ludique, ils n’inscriront pas leur prénom au centre de la carte mais tout simplement « moi ». Ensuite, place au jeu : on affichera les cartes et on devinera « qui est qui ? »

Faites simple. Soyez explicite dès les premiers instants. Posez les règles, définissez-les ensemble, c’est-à-dire en discutant, on établit un « contrat de travail » de la classe. C’est une bonne manière de souder les liens entre enseignant et apprenants, et bonus : ça nous permet de réviser !

Comme quoi beaucoup de choses se jouent dès la rentrée… Mais dites-le, qui n’angoisse pas la veille de la rentrée ? Qu’on soit enseignant en primaire ou en secondaire, on est tous quelque part un peu anxieux la veille. C’est comme quand les comédiens font leur entrée en scène, le trac s’envole dès les premières paroles, non ? Alors, surtout, pas trop de stress, un peu d’anticipation et d’organisation vous aideront à vous « sentir bien dans vos baskets ». Et l’amour que vous avez pour votre profession est une des armes les plus puissantes que vous possédiez ! Donc, « Zen, soyons zen ».

Finalement, je driais que les mots à retenir sont : précis, clair, rigoureux, organisé. J’ajouterais aussi bonne humeur car en classe de français, on est là pour passer de bons moments avec l’envie de découvrir de belles choses, tous ensemble. Et n’oublions pas que nous, professeurs de français, nous en sommes les vecteurs !

Bonne rentrée 2017 !