Individualiser l’apprentissage : mission possible !

compétences en français - Individualiser l'apprentissageCette semaine, dans notre nouveau billet FLE, nous avons décidé de parler de pédagogie en s’intéressant au fait d’individualiser l’apprentissage et de le qualifier de : « mission possible ! ». Alors, pourquoi « mission » me direz-vous. Il y a tout d’abord plusieurs points à clarifier, mais le mot en lui-même suppose que la tâche n’est pas simple. Lorsque l’on parle d’individualiser l’apprentissage, on sous-entend que le maître ou le professeur ne s’adresse pas à un groupe mais à « x individus », en tenant compte de leurs différences, leurs difficultés, leurs manières d’apprendre, leurs comportements, etc. Depuis quelques années déjà, on nous parle de rendre nos élèves « acteurs », cela suppose que l’on connaisse bien chaque apprenant et que l’on puisse en tirer profit. Chacun d’eux a un potentiel, à nous d’agir !

Prêt(e)s pour la « mission … possible » ?

  • Individualiser l’apprentissage : une tâche complexe. Alors, les conditions font souvent qu’il est difficile de faire du cas par cas lorsque l’on se retrouve dans une salle de classe avec plus de 30 élèves. Mais nous allons voir qu’il ne s’agit pas de faire des cours particuliers, mais bel et bien de rentabiliser le temps au maximum, de connaître nos élèves et souvent, surtout, de se remettre en question.
  • Individualiser l’apprentissage : 5 pistes.

Lire la suite

10 solutions contre les bavardages en classe de FLE!

bavardages en classe de FLECette semaine nous nous attaquons à ce dur problème que représentent les bavardages en classe de FLE. Le bavardage est un problème très ancien et souvent un sujet tabou. En effet, beaucoup de professeurs préfèrent se taire sur le sujet et ne pas affirmer leurs difficultés à faire « taire » leurs élèves. Pourquoi ? Tout simplement à cause d’une vieille croyance selon laquelle les bavardages seraient dû à un manque d’autorité de l’enseignant ou de faire un cours trop peu captivant. Aujourd’hui, le problème s’aggrave en autres à cause des nouvelles technologies omniprésentes dans nos vies et celles des adolescents. Lire la suite

Des applications pour les professeurs “branchés”, pour organiser vos classes !

Aujourd’hui, avec les nouvelles technologies, nous ne savons plus où donner de la tête… Il est vrai que nous sommes envahis, mais si nous savons en tirer partie, nous pourrons réellement gagner en temps et en organisation, croyez-moi !

Comment simplifier la tâche de nos chers professeurs? De plus en plus de professeurs sont maintenant « connectés » et ont leur tablette sous le bras pour aller au lycée ou au collège. Lire la suite

Tutoyer ou vouvoyer ses élèves ? Une question délicate pour un prof de FLE

Aucune règle ne permet en français de systématiser à 100% l’utilisation du tutoiement et du vouvoiement. Il y a de nombreuses variables à prendre en compte et les avis divergent beaucoup. C’est un sujet particulièrement sensible dans le monde de l’enseignement car le fait de se tutoyer ou de se vouvoyer est un élément déterminant dans la relation professeur-élèves.

S’il est vrai qu’en Espagne le tutoiement semble largement majoritaire dans le primaire et le secondaire, il convient à mon avis, lorsque l’on y enseigne le FLE, de se poser la même question que les profs qui enseignent en France : dois-je tutoyer ou vouvoyer mes élèves ? En effet, il ne me paraît absolument pas contradictoire de décider de vouvoyer ses élèves lorsqu’on s’adresse à eux en français et de les tutoyer si l’on doit le faire en espagnol. Beaucoup d’enseignants d’espagnol en France tutoient leurs élèves en espagnol et les vouvoient en français, et ce d’une manière totalement naturelle.

Il est évident que la réponse à la question précédente n’est pas facile puisque même le principe de réciprocité n’est pas préconisé par tous : certains estiment que le prof et les élèves doivent utiliser le même pronom, d’autres qu’il faut marquer la différence de rôle.

Je crois qu’il s’agit avant tout d’une question personnelle et que chaque professeur doit prendre la décision la plus adaptée à sa situation concrète et au type de relation qu’il veut établir avec ses élèves.

Je me suis cependant permis d’établir une liste de possibles avantages du tutoiement et du vouvoiement, qui n’est bien sûr pas exhaustive.

 

 

Possibles avantages du tutoiement:

-Il permet de créer une proximité avec l’élève.

Le vouvoiement peut être considéré comme trop distant et pouvant parfois être utilisé pour refléter un sentiment de mépris de la part du prof.

Le vouvoiement peut paraître un peu artificiel, car, hors de l’école, il n’est pas naturel de tutoyer en français un enfant de moins de 13-14 ans.

 

Possibles avantages du vouvoiement:

-Il permet à un enseignant peu expérimenté de garder avec ses élèves une distance plus facile à gérer qu’une familiarité complexe.

-Il permet de marquer le respect envers les élèves et donc d’enseigner par l’exemple le respect d’autrui (et notamment le respect dû au professeur)

-Il permet de faire comprendre à l’élève que chaque personne occupe un rôle bien déterminé dans la société et qu’il existe des règles à suivre associées à chacun d’entre eux.

-Il permet de préparer les élèves à faire face à des conversations où leur interlocuteur utilise le vouvoiement et d’éviter ainsi qu’ils puissent alors se sentir socialement inférieurs à lui.

Certains élèves apprécient le fait d’être vouvoyés parce qu’ils sentent qu’on les traite comme des adultes responsables. De plus, le vouvoiement les aide à prendre conscience que ce sont eux qui ont le rôle le plus important dans le processus d’apprentissage.

Le tutoiement peut être parfois utilisé de manière condescendante et refléter alors un sentiment de supériorité de la part du prof.

 

Mon intention ici est avant tout de lancer le débat, c’est pourquoi j’attends avec impatience le témoignage des profs de FLE en Espagne. Je suis sûr que leur expérience sera très enrichissante pour tous ! Merci d’avance !

Fans de profs 4 : aujourd’hui, tous fans de : Ana !

Cette semaine, nous allons découvrir un nouveau portrait de prof, car nous sommes tous Fans de profs!!! Je vous présente Ana, professeure de français dans deux lycées de Madrid. J’ai eu la chance de la rencontrer à plusieurs reprises, cette année : dans son lycée où je suis allée parler de la francophonie et de la BD, à ses élèves, et au CRIF, au cours d’une des formations proposées aux professeurs de FLE de Madrid.

Ana photo

  • Si vous étiez un mot français, lequel seriez-vous ? Si j’étais un mot français, je serais Chocolat parce que j’adore ça et que la sonorité invite à la gourmandise!
  • Si vous étiez une expression française typique, laquelle seriez-vous ? Si j’étais une expression française, je serais « à ras les pâquerettes » car on l’utilisait au lycée pour répondre à tout entre nous!
  • Si vous étiez un endroit français ou francophone, lequel seriez-vous ? Si j’étais un endroit, je serais Paris parce que je n’ai jamais pensé qu’une fois installée à l’étranger, j’ aurai tant envíe d’y retourner à la moindre occasion.
  • Si vous étiez un plat français, lequel seriez-vous ? Si j’étais un plat français, je serais éclair au chocolat. Devinez pourquoi!
  • Si vous étiez une chanson française (ou francophone), laquelle seriez-vous ? Si j’étais une chanson Française, je serais « Petite Marie » de Francis Cabrel ou la « Femme Chocolat » d’Olivia Ruiz. L’une pour la poésie et l’autre pour la sensualité.
  • Si vous étiez un film français (ou francophone), lequel seriez-vous ? Si j’étais un film, je serais n’importe quel film d’humour français. Des comédiens du Splendid en passant par Valérie Lemercier, j’adore » Le père Noel est une ordure » ,  » les Bronzés », « Palais Royal », ect…
  • Si vous étiez une personnalité française (ou francophone), laquelle seriez-vous ? Si j’étais une personnalité Française, j’aimerais être comment été Coco Chanel. Une femme forte qui a su imposer sea critères dans un monde d’homme et qui a su rester fidèle à elle-même.

Merci beaucoup Ana et bravo pour tout ce que tu fais!!!