Dis-moi dix mots en … français

Dis-moi dix mots est une opération nationale qui visent, tout d’abord, à sensibiliser le plus grand nombre de personnes sur l’importance de la langue française et sa diversité. Ensuite, le second objectif qui est, lui aussi évident, est celui de promouvoir cette belle langue ! Cette opération se déroule tout au long de l’année scolaire, de septembre à juin, et ce, chaque année. Elle invite les élèves à la mettre en scène, à la faire vivre de différentes manières : en poésie, en chanson ou encore sur scène !

Définition : c’est le ministère de la culture et de la communication qui organise chaque année cette opération « Dis-moi dix mots ». En collaboration avec le ministère de l’Éducation, plusieurs concours visent à récompenser le talent artistique des élèves ! Ainsi, tous les ans, au mois de septembre, les nouveaux mots de l’année sont révélés. Il y a toujours un thème central qui, selon les années, est plus ou moins abordable en classe. Les thèmes des deux dernières années étaient : « Dis-moi dix mots … en langue(s) française(s) » et « Dis-moi dix mots … que tu accueilles ». Comme vous pouvez l’imaginer, les mots de ces deux années ont été composés de mots d’ailleurs ou propres à un pays francophone. Cela nous prouve une nouvelle fois, qu’une des grandes richesses de la langue française, c’est sa variété !

Les dix mots de 2016-2017 : cette année, le thème est la Toile et voici les dix mots retenus : nomade – télésnober – héberger – pirate – fureteur – canular – favori – nuage – émoticône – avatar.

Le Concours des dix mots : des concours pour les élèves des classes élémentaires mais aussi des collèges et lycées récompensent les meilleures créations artistiques et/ou littéraires. Alors, pour y participer, rendez-vous sur le site des « Dix mots » afin de consulter les concours : pédagogiques et tout public. La Bataille des dix mots est aussi une opération lancée en parallèle et à connaitre. Elle propose d’illustrer, seul(e) ou en équipe, un des dix mots de l’année.

Activités « Dis-moi dix mots » : Vous pouvez commencez par une activité introductrice simple. Les élèves lisent les dix mots et doivent identifier quel est le thème commun des dix mots. Cette année, comme le thème est la Toile (internet), ils n’auront pas de mal à trouver la bonne réponse. En effet, ils n’auront, à priori, pas besoin de votre aide car ils connaissent plusieurs mots. Projetez les dix mots, ils reconnaitront : avatar, favori, émoticône, nuage, nomade. Passez ensuite, à la loupe, les dix mots : sont-ils capables de proposer une définition ? Faites-les travailler en binôme. N’oubliez pas de télécharger la brochure !

Consultez le site internet en classe, avec vos élèves, de multiples activités et jeux vous y sont proposés. Il y a même une courte vidéo pour chaque mot, des fiches et de nombreuses ressources vous attendent ! Finalement, organisez vos propres concours internes et allez même jusqu’à créer votre propre opération « Dis-moi dix mots ». Faisons travailler notre imagination autour des mots du français !

Grâce à cette opération, on travaille le lexique et la créativité de nos élèves sur des supports divers : la lecture, l’écriture, la chanson, la représentation, le jeu, etc. Il est aussi intéressant de travailler en équipe avec des collègues d’autres matières. Et pourquoi ne organiser un projet transversal, qui, comme vous la savez est très en vogue actuellement.

Vivons et faisons suivre la langue française, en classe, avec nos élèves ! Et n’oubliez pas : notez dans vos agendas que la semaine de la Francophonie 2017, se tiendra du 18 au 26 mars prochains.

Halloween : idées d’activités pour la classe de FLE

Halloween France FLECette semaine pré-Halloween, nous avons décidé de nous plonger dans cet univers qui, certes, est une tradition anglo-saxonne mais, comme beaucoup l’ignorent, est une fête aussi très importante au Canada et même dans la partie francophone ! C’est pourquoi nous avons choisi de dédier ce billet à cette fête en découvrant des infos, des recettes, des idées d’activités pour que vos cours de FLE, cette semaine, aient un air d’Halloween.

Origines de cette fête : On fête Halloween le 31 octobre, la veille de la Toussaint ; c’est une fête celtique d’origine irlandaise. Aujourd’hui, Halloween est principalement célébré en Irlande, en Grande-Bretagne, aux États-Unis, au Canada, en Australie et aussi mais dans une moindre mesure, en France et dans d’autres pays d’Europe. Lire la suite

L’art de la poésie : idées pour la classe de FLE

L’art de la poésie : idées pour la classe de FLEPour cette nouvelle semaine du mois de mars, je vous ai concocté un petit billet sur la poésie. Pourquoi ? Tout d’abord parce que la poésie est un art, nos élèves l’étudient très certainement en espagnol, mais l’aborder en classe de français est un très bon exercice, très enrichissant du point de vue de la langue tout d’abord, mais aussi au niveau culturel. Ensuite, le mois de mars est le mois idéal car vous savez peut-être que le 21 mars, c’est la journée mondiale de la poésie, elle en encourage la lecture, la rédaction et la publication. Et ce n’est pas tout, connaissez-vous cette manifestation francophone nommée « Printemps des poètes » ? Pour la 18º année, du 5 au 20 mars, cette manifestation francophone a lieu en France et au Canada, où elle célèbre la poésie, à l’image de la fête de la musique (le 21 juin). Lire la suite

Caractéristiques du français de Suisse

Caractéristiques du français de SuisseCette semaine, nous avons choisi de reprendre notre voyage à travers la Francophonie pour faire escale en Suisse. Découvrons ou redécouvrons ce pays, mais intéressons-nous surtout au français parlé en Suisse et à ses caractéristiques.

Activité préalable : situation géographique. Où se situe la Suisse ? En général, les élèves n’ont pas de mal à répondre. Profitez-en pour faire une petite révision globale au niveau géographique en leur demandant de faire la liste des pays limitrophes avec la France. Visualisez ensuite sur une carte, et parmi tous ces pays, identifiez ceux où l’on parle le français, ils peuvent être surpris ! La situation langagière de la Suisse est particulière, tout comme celle de la Belgique, car le plurilinguisme caractérise ces deux pays. En effet, plusieurs langues y cohabitent : le français, l’allemand et l’italien sont les trois langues officielles de la Suisse. Le français est parlé en Suisse romande, la partie francophone de la Suisse. Un Suisse sur trois parlerait le français quotidiennement. Lire la suite

10 expressions idiomatiques françaises à connaitre

expressions idiomatiques françaisesOn a beau apprendre le français, avoir un bon niveau lexical et grammatical, certaines expressions peuvent constituer une barrière au niveau du langage, de la compréhension surtout. Ainsi, nous avons sélectionné pour vous, cette semaine, dix expressions idiomatiques françaises à connaitre. Travailler ces expressions en cours de FLE est un bon exercice, une activité ludique, qui sort de l’ordinaire et qui permettent de découvrir ces jolies expressions imagées qui font partie de notre belle langue. Les mots un à un sont faciles à comprendre et ne posent pas de problème en général, mais traduire littéralement l’expression n’a souvent aucun sens. Les expressions imagées portent souvent sur les parties du corps, les animaux ou encore la nourriture. Amusez-vous en classe de FLE avec vos élèves avec les expressions idiomatiques ! Lire la suite

Différences du français de France et du Québec

Drapeau québécois - français de France et du QuébecQuelles sont les différences entre le français de France et du Québec ? Voici une petite série d’exercices qui vous permettront de reconnaitre les différents accents : français et québecois.

1º exercice :  reconnaitre  l’accent et sa provenance : la France ou le Québec ? Je vous propose un exercice qui fait travailler l’oreille. En effet, demandez à vos élèves de reconnaitre l’accent, et ce, à partir de vidéos de célébrités. Cet exercice a un double intérêt car dans un premier temps, ils devront identifier s’il s’agit du français de France ou du Québec en écoutant simplement la prononciation. Ensuite, dans un deuxième temps, au niveau culturel, découvrez avec la classe la célébrité en question. Qu’elle soit humoriste, sportif/sportive, acteur/actrice ou chanteur/chanteuse il sera très intéressant au niveau culturel d’en parler avec nos élèves (et en passant, ce sera l’occasion de refaire un point sur le masculin et le féminin des noms de métier). Vous pouvez chercher des extraits vidéos des personnalités québecoises suivantes : Lynda Lemay – Céline Dion – Anthony Kavanagh – Garou – Isabelle Boulay – Coeur de Pirate – (…) Lire la suite

5 idées pour améliorer son vocabulaire

brainfingerprint221RGBDifférentes méthodologies d’apprentissage des langues étrangères ont été successivement préconisées au fil des deux derniers siècles. La tendance actuelle est souvent décrite par les spécialistes comme la didactique de « l’éclectisme ». De nos jours, l’enseignant semble en effet adapter constamment son approche méthodologique en ne s’interdisant aucune stratégie ni aucun support. Le recours à la langue maternelle de l’élève, longtemps banni, est par exemple de nouveau utilisé avec succès par beaucoup de professeurs de FLE.

Cette nouvelle flexibilité peut notamment s’appliquer à l’enseignement du lexique FLE. C’est pourquoi je pense qu’on peut, d’une part, exploiter les bénéfices d’une approche communicative qui privilégie l’apprentissage implicite du vocabulaire et, d’autre part, continuer à recommander des stratégies visant à l’apprentissage explicite du lexique.

Voici, concernant celles-ci, les 5 idées dont j’aimerais vous faire part et que, j’espère, vous souhaiterez transmettre à vos élèves :

  1. Créer ses propres cartes de vocabulaire avec Anki.

Anki est un programme basé sur la répétition espacée de cartes virtuelles qui permettent d’associer et de mémoriser deux informations, par exemple un mot en français et sa traduction en espagnol.

Bien qu’il existe des paquets de cartes à télécharger gratuitement, le grand avantage d’Anki est le grand nombre d’options qu’il nous offre pour créer nos propres cartes. On peut y intégrer des images, des fichiers audio, créer des textes à trous, inverser l’ordre de présentation, changer l’apparence du texte, etc. (Voir cette vidéo).

Son efficacité est due à la répétition programmée des cartes. Après l’affichage de chaque réponse, l’utilisateur doit s’autoévaluer et indiquer s’il s’en souvenait très bien, assez bien ou absolument pas. S’il choisit la première option, le programme lui reposera la même question quatre jours après alors que s’il sélectionne la troisième, le délai sera de quelques minutes. Toutes les valeurs d’espacement temporel des questions peuvent être configurées par l’utilisateur.

L’interface est disponible en français.

  1. Réaliser les cours de vocabulaire disponibles sur Memrise.

Memrise est une application très similaire à Anki.

Remarquons cependant que « la ludification » semble faire partie de la stratégie d’apprentissage de Memrise et c’est certainement la raison pour laquelle ses graphismes sont beaucoup plus élaborés. Point négatif : l’interface n’est malheureusement pas disponible en français.

Il est également possible de créer ses propres paquets de cartes mais le principal intérêt de Memrise est de pouvoir choisir des cours différents non seulement en fonction de la langue cible mais aussi de la langue source. Par exemple, si l’utilisateur parle espagnol et veut perfectionner son lexique de français, il pourra réaliser l’un de ces cours. S’il parle anglais, il pourra choisir l’un de ceux-là.

Certains apprenants préfèrent Anki (plus efficace), d’autres Memrise (plus ludique). À vous de choisir ce qui vous convient le mieux !

  1. Apprendre de nouveaux mots en naviguant sur Internet grâce à Lingua.ly.

Une fois l’extension Lingua.ly installée sur le navigateur, il suffit de double-cliquer sur un mot pour en découvrir le sens et en écouter la prononciation, ce qui permet de ne pas trop ralentir le rythme de lecture.

Cette fonctionnalité, également proposée par Google Dictionary, une extension du navigateur Chrome, n’est que la première étape du processus d’apprentissage de Lingua.ly. En effet, les mots sur lesquels nous avons cliqué sont « collectés » sur notre compte. Puis, pour nous aider à les mémoriser définitivement, l’application nous propose des questionnaires et des textes (où le terme apparaît dans d’autres contextes possibles). On peut également choisir l’image à laquelle nous voulons associer le concept appris.

Il est par ailleurs possible d’exporter ou de modifier à tout moment la liste des mots collectés.

  1. Réviser régulièrement les listes des mots les plus fréquents.

Il existe sur Internet beaucoup de listes regroupant les termes les plus utilisés en français. Cependant, il est important de bien vérifier si le type de langage sur lequel a été basée l’étude correspond bien aux objectifs de l’apprenant.

Distinguons notamment la liste réalisée par le lexicologue Étienne Brunet qui recense, par ordre décroissant de fréquence, les mots « que lisent les élèves francophones » (très intéressante dans un contexte scolaire et de langue écrite), de celle élaborée à partir de milliers de sous-titres de films et de séries télé (très pertinente pour les élèves désirant apprendre le français oral plus contemporain et plus authentique).

  1. Appliquer la méthode des Post-It

Existe-t-il une méthode dont l’efficacité ne soit plus à prouver et qui ne demande aucun effort de mémorisation de la part de l’apprenant, autrement dit la méthode parfaite ? Oui, il suffit de coller des Post-It sur des objets se trouvant chez nous et, si possible, sur notre lieu de travail (ou d’études), avec le nom de ceux-ci écrits dans la langue cible.

On apprend ainsi le vocabulaire en situation et même si on ne lit pas chaque fois le mot écrit sur le Post-It, notre cerveau traitera de toutes façons l’information.

Une fois le terme acquis, on peut remplacer le mot par une phrase le contenant en créant, par exemple, une affiche fixée sur la porte du frigo indiquant « N’oublie pas de fermer la porte du frigo ! ». Cela nous permet de mémoriser des phrases entières qui, souvent, peuvent servir d’exemple pour des règles grammaticales compliquées.