2 systèmes éducatifs : panorama général

Ce nouveau billet FLE nous amène à parler de l’école, à analyser et interpréter deux systèmes éducatifs, le français et l’espagnol. Afin d’introduire le sujet en classe, on va tout d’abord demander aux élèves s’ils aiment l’école. On pourra les faire échanger en groupe, un secrétaire notera les aspects positifs et les aspects qu’ils aiment le moins. Si le sujet les inspire, n’hésitez pas leur poser d’autres questions, notez-les au tableau, cela les guidera dans leur réflexion. Cette semaine, le thème traité nous permet réellement de travailler l’expression orale et l’interaction.

Par exemple :

  • Que représente l’école pour toi ?
  • Quelle anecdote souhaites-tu partager ?
  • Quel est ton meilleur souvenir à l’école ?
  • Et ton pire souvenir ?

Activité de découverte : Nous allons commencer par parler du parcours scolaire de la maternelle jusqu’au lycée, en passant par le collège. Pour cela, vous leur projetterez cette infographie. Puis, en complément, on pourra visionner cette vidéo très claire et sous-titrée en espagnol !

Le moment est venu de les laisser travailler en groupe : ils échangent des idées, les classent, prennent des notes afin de pouvoir établir leurs comparaisons. Invitez-les à  écrire et à faire des schémas afin de visualiser facilement ce qui diffère d’un système à un autre.

Rythmes scolaires : Dans cette section, il s’agira d’évoquer le thème des horaires et des vacances. À quelle heure commence l’école le matin ? Et l’après-midi, à quelle heure vous sortez ? Est-ce la même journée qu’en France ? Vous allez à l’école du lundi au vendredi ? En France, depuis cette année, de nombreuses écoles ont fait le choix de revenir à la semaine de 4 jours, en laissant le mercredi libre comme c’était le cas avant. En France, c’est toujours un sujet qui fait débat. Faites-les réagir sur le sujet en leur posant des questions : Qu’en pensez-vous ? À votre avis pourquoi les enfants ne vont pas à l’école le mercredi ? Quelles sont les raisons ?

Les vacances : Faites-les travailler sur ce document : Les élèves, en groupe, observeront seuls, que la France est divisée en 3 zones et que les dates de vacances ne coincident pas, mais pourquoi donc ? À eux, d’émettre des hypotèses à ce sujet. Ils devront également souligner le fait qu’il y a plus de périodes de vacances qu’en Espagne. Qu’en pensent-ils ?

Pour leur fournir des documents qui leur permettent de comparer, vous pourrez imprimer les calendriers scolaires des différentes régions (autre particularité espagnole, à souligner : les jours fériés et les variations de calendrier, d’une région à une autre).

Emplois du temps. Comparez les emplois du temps. Vous sélectionnerez quelques emplois du temps-types que vous trouverez sur internet. Les élèves, par groupe, échangeront : similitudes – différences – opinions – etc.

Créativité : L’emploi du temps idéal. Chaque apprenant est invité à créer l’emploi du temps idéal. Il le présentera à la classe et sera ensuite amené à défendre ses idées. Chaque sera libre de réagir, de poser des questions, d’exprimer son accord ou son désaccord, d’expliquer pourquoi, etc. Vous aurez, vous-même, de votre côté, préparé des questions : à quel moment de la journée êtes-vous le plus concentrés ? Quelles sont donc les matières à privilégier sur ces tranches horaires, selon vous ? Quelles matières préférez-vous le matin ? et l’après-midi ? Et le vendredi en dernière heure, que fait-on (du français, des maths, du sport, etc. ?) ?

C’est la semaine du goût à l’école !

Cette semaine, je vous propose un billet FLE avec beaucoup de « goût » puisque c’est la

www.legout.com

semaine du goût en France. En effet, du 9 au 15 octobre 2017, on fête le goût, dans les écoles mais pas seulement. De nombreuses animations sont organisées à cette occasion, un peu partout.

On l’a répété à plusieurs occasions, nos élèves (et les enfants en général) apprennent en faisant. Mais si on fait intervenir les 5 sens, on est complètement dans l’expérience réelle et vécue ! Alors, vivre son apprentissage est un besoin ! La prédagogie active fait partie de ce qu’on appelle la pédagogie expérientielle : la compétence entre en action !

Présentation de l’événement : cet événement autour du goût en est à sa 28ème édition. Au début, on parlait de « Journée du goût » mais désormais, c’est une semaine complète que l’on dédie au goût ! À l’origine de la fête du goût, les industriels du secteur du sucre. Le ministère de l’Éducation nationale est partenaire de l’événement. Quel est l’objectif en fait ? Posez la question à vos élèves. Il s’agit avant tout d’éduquer les consommateurs et surtout les enfants, au goût, mais aussi : aux goûts. En 1990, on décide donc de créer cet événement, depuis, plusieurs pays ont repris et développé l’idée.

Débat autour du sucre et du bien manger : il faut savoir qu’au début, un des objectifs était aussi de contrer la mode du « light » en dénonçant la substitution du sucre par d’autres composants. Demandez à vos élèves ce qu’ils en pensent : le sucre est-il important ? Pourquoi ? Aujourd’hui, on parle surtout du bien manger et on cherche à sensibiliser les plus jeunes. De même, on leur demande ce que c’est de bien manger.

Initiatives : Des leçons de goût totalement gratuires, sont proposées dans les écoles en France, l’enseignant n’a qu’à s’inscrire et à solliciter sa leçon, un intervenant se rendra dans son école, le jour souhaité. Ce professionnel de la terre et de l’assiette transmettra ses connaissances aux élèves et leur proposent des activités ludiques autor du goût. Qui sont ces professionnels ? Vos élèves répondent : des artisans, des agriculteurs, des producteurs, des chefs, etc. Des animations ont lieu partout en France, vous n’avez qu’à consulter le programme selon votre région ! Il y a même un jeu de piste très amusant : prêts pour la chasse au trésor !

Avec nos élèves : Comme nous ne sommes pas en France, nous ne pouvons pas prétendre à recevoir ces leçons de goût. Cependant, nous pouvons organiser de petits ateliers ludiques autour des aliments. Lancez le sujet en leur posant des questions : Aimez-vous manger ? Qu’est-ce que vous aimez manger ? Est-ce important de bien manger ? Qu’est-ce qui fait que vous avez envie de manger telle ou telle chose ? La vue est importante au moment des repas ? Pourquoi ? Avec les plus grands, on mettra en place des discussions-débats sur le thème de la nourriture : les aliments bio, l’alimentation et la santé, etc.

Dans ce sens, on affirmera bien évidemment que les cinq sens sont en éveil au moment de manger :

  • la vue : la vue nous aide à reconnaitre ce que l’on mange. Une jolie présentation nous fait envie, une assiette bien présentée de même. En effet, la vision nous met en appétit. Nous sommes beaucoup plus à l’aise avec la vision. Depuis tout petit, nous reconnaissons les objets qui nous entoure par la vue. La vision nous met en alerte face à un aliment périmé, trop mûr ou encore que l’on n’aime pas. Les aliments et les couleurs : on proposera de petites devinettes ! On pourra aussi prononcer le nom d’un aliment et les élèves devront lui associer la bonne couleur.
  • le toucher : on pourra leur faire toucher des aliments les yeux bandés et ils devront reconnaitre de quoi il s’agit. On pourra même former des équipes, on enfermera dans des sachets divers ingrédients : des pâtes, du riz, de la farine, du sucre, etc. C’est très amusant !
  • l’odorat : pas si simple de travailler l’odorat en classe de français, n’est-ce pas ? Une fois n’est pas coutume, à l’occasion de cet événement, on réalise des activités qu’on n’a pas l’habitude de faire ! Et pour l’odorat, rien de tel qu’un petit jeu olfactif où on met notre nez à l’épreuve ! Qui reconnaitra les odeurs proposées parmi sirop de fraise, jus de pomme, sirop de menthe, etc.
  • l’ouïe : lorsque l’on mange nous avons l’occasion d’entendre des bruits liés à notre dégustation. Alors, écoutons, reconnaissons et identifions ! Tout commence dès l’emballage, soyons imaginatifs ! Faites remarquer à vos élèves que la langue détecte la saveur alors que le nez, l’arôme.
  • le goût : différencier les saveurs des aliments : sucré, salé, acide, amer.

D’autres idées d’activités : le thème du goût et de la nourriture nous ouvre un large éventail d’activités à développer en classe. On peut :

  • parler des métiers autour de l’alimentation, de la cuisine, de la production et de l’élevage.
  • choisir un aliment, un produit et voir son cycle de vie, ses dérivés, etc.
  • choisir un chef étoilé de sa région et faire une recherche sur sa formation, ses idées, sa philosophie, etc.
  • les expressions autour des aliments (ramener sa fraise, marcher sur des oeufs, etc.)
  • la table française a du goût. On abordera le sujet des lois de la table : le politesse, le vocabulaire, etc.
  • les plats typiques français
  • le tour du monde des aliments (les plats d’ailleurs)
  • les aliments et les saisons (fruits et légumes)
  • travailler sur une recette
  • organiser un petit-déjeuner ou un goûter typique français en classe.
  • etc.

La nourriture, la cuisine et les repas font partie intégrante de la culture française. Allons-y goûtons ! C’est en goûtant que la liste des aliments que nous aimons s’allonge !! Et le goût, comme nous l’avons vu, est une expérience sensorielle unique qui inclut nos 5 sens !

C’est parti pour une semaine riche en expérience gustative, en français ! 

 

Les vacances en France et les nouveaux rythmes scolaires

119644563 (2)Depuis la rentrée 2014-2015, les écoles primaires et maternelles de France sont passées à la semaine de 4 jours et demi  ou encore appelée la semaine des 5 matinées. Ainsi, le mercredi, qui était un jour de repos dans la semaine pour les élèves, devient un jour d’école ou plutôt une matinée de plus à prendre le chemin de l’école. Il y a plus de quarante ans, le mercredi est devenu un jour de congé (au lieu du jeudi) pour les écoles. Aujourd’hui, tout est de nouveau chamboulé. Les journées sont donc allegées et laissent place, les après-midis aux activités périscolaires, mais bien entendu, les activités ne sont pas les mêmes d’une ville à l’autre, ceci est très variable.

Les avis sur la question sont divergents. Pour les uns, le fait de disposer de cinq matinées permet de mieux répartir les enseignements sur la semaine, de moins charger les journées et de moins bousculer les enfants alors que les autres, c’est tout le contraire,  le fait d’aller à l’école le mercredi et donc, se lever cinq matinées d’affilées, fatigue davantage les enfants. Lire la suite

Trois idées pour bien commencer l’année scolaire

Et oui, c’est la rentrée, et il faut bien préparer ces premières semaines de classe, car elles sont cruciales si l’on veut que les élèves collaborent pour la discipline, les devoirs et les activités en cours.

Voici trois conseils qui, je l’espère, vous aideront à bien gérer la rentrée :

  1. Préparer des activités « brise-glace »

Comme leur nom l’indique, ces activités permettent, d’une part, de « briser la glace » pour faciliter le premier contact entre les élèves et favoriser leur interaction, et d’autre part de renforcer leur confiance concernant leurs capacités et les objectifs qu’ils pourront atteindre durant cette année scolaire. Il s’agit par ailleurs d’une excellente manière d’évaluer leur niveau.

Je vous recommande cette sélection de sites grâce auxquels vous pourrez organiser très facilement ce type d’activités :

 

  1. Préparer un projet de classe

Pour créer une bonne dynamique de classe dès les premières semaines, on peut proposer aux élèves de s’impliquer dans la réalisation d’un projet commun, dont la durée peut être variable (un ou plusieurs mois, voire toute l’année scolaire). Cet objectif collectif doit permettre aux élèves d’apprendre par besoin et envie, et non par obligation, et de développer leur sens de la solidarité.

Il peut s’agir simplement de la création et gestion d’un blog concernant la classe, grâce, entre autres, aux plates-formes blogspot ou wordpress. Cependant, il est bon de savoir que la Commission Européenne a lancé en 2005 le programme Etwinning qui permet à tous les enseignants d’Europe de partager leurs idées et de créer des projets ensemble. Voici une manière simple de s’impliquer dans un projet international qui intéressera certainement vos élèves ! Jetez-y un coup d’œil : Qu’est-ce qu’eTwinning ?

 

  1. Établir une stratégie pour prévenir les problèmes de discipline

Les élèves se comportent normalement de manière passive durant les premiers jours de classe. Cependant, et vous le savez certainement, quelques-uns pourront défier les normes que vous voudrez mettre en place. C’est pourquoi il est primordial d’éviter un « effet de groupe » négatif en utilisant dès le premier jour des techniques permettant de gérer au mieux la discipline. Il en existe un grand nombre mais je crois qu’il convient de se fixer des priorités. Je vous propose ma propre sélection, en espérant qu’elle vous sera utile :

  • Travailler de manière permanente sur la motivation de l’élève, en fixant des objectifs clairs à court et moyen termes.
  • Passer un « contrat » avec les élèves, expliquant les règles à respecter, la routine de travail et les méthodes utilisées.
  • Toujours se demander si l’on traite vraiment les élèves de manière équitable.
  • Pousser l’élève à participer, à ne pas avoir peur de l’erreur et à exprimer son opinion en respectant les règles fixées.
  • Ne jamais perdre le contact visuel avec les élèves.
  • Être cohérent soi-même, surtout par rapport aux exigences faites aux élèves.
  • Utiliser un ton positif et, si possible, être toujours de la même humeur.
  • Essayer de découvrir et de comprendre la personnalité de chaque élève.
  • Vouvoyer les élèves en français.
  • Utiliser le sens de l’humour, en fonction, bien sûr, de la réponse observée chez les élèves.

N’hésitez pas à nous faire part de vos conseils pour la rentrée ! Ils intéresseront sûrement beaucoup d’autres profs de FLE.

Bonne année scolaire à tous !

L’invasion des écrans

www.metronews.fr

Les écrans sont omniprésents dans notre vie de tous les jours : à la maison, au travail, ou encore à l’école. De plus en plus d’établissements scolaires se mettent à l’utilisation de tablettes par exemple, et ce, dès le primaire, pour apprendre à lire et écrire aux élèves ! Et oui, saviez-vous que plusieurs écoles, en France, par exemple, utilisent Twitter et en voient un outil idéal pour l’apprentissage de la lecture et l’écriture.

Alors, la grande question  qui nous vient à l’esprit est: va-t-on arrêter d’enseigner l’écriture manuscrite à l’école ? L’écriture cursive est-elle en danger ? 

Sachez qu’aux États-Unis, dans de nombreux états, l’enseignement de l’écriture cursive est devenue une option, tout comme le latin! Cela peut paraître surprenant, mais c’est bel et bien une réalité, les écrans ne cessent de nous envahir ! En classe, les écrans et tablettes vont donc devenir incontournables, comme l’était auparavant le bon vieux stylo bic ? Possible… Ceci étant, lorsque l’on interroge les élèves qui utilisent une tablette en cours, personne ne regrette le cartable lourd et encombrant qui a souvent fait débat ! Il semblerait que les avantages l’emportent : les élèves seraient plus autonomes, plus motivés, les résultats seraient meilleurs… Qu’en sera-t-il dans quelques années, seul l’avenir nous le dira !

Par ailleurs, il est curieux d’observer qu’il existe un type d’école très différent, qui est en constante progression (dans le monde entier) et qui bannit complètement les écrans ! Et le plus incroyable, c’est que les enfants des « grosses têtes » de Google, de Bill Gates (…) intègrent ces écoles !  Ces établissements développent la méthode Steiner qui vise au développement des cinq sens. Il s’agit en bref de faire passer la pratique avant la théorie. On y étudie l’art, on fait des travaux manuels, l’objectif poursuivi est l’épanouissement de l’apprenant, de toutes ses potentialités, intellectuelles, artistiques, manuelles et corporelles.

Alors, concluons sur une question à laquelle il est difficile de répondre : les écrans nous font-ils perdre nos capacités ? … Le débat est ouvert !

 

Les notes à l’école

    • Le système d’évaluation a-t-il un effet négatif sur l’apprentissage?
    • Évaluation par compétences ou évaluation traditionnelle par notes?

actu-environnement.com

Il s’agit là, d’un éternel débat. On entend souvent dire que les notes sanctionnent l’erreur plutôt que de récompenser l’effort et le progrès. Pourtant, la majorité des Français, s’oppose à changer le système d’évaluation par notes.  80% des Français restent favorable à l’évaluation par note. En effet, pour eux, les notes sont un point de repère, ils ont ainsi l’impression de mieux suivre la scolarité de leurs enfants. 39% des enseignants seraient prêts à abandonner les notes chiffrées au primaire et collège.

Rappelons avant tout que l’évaluation est un acte pédagogique qui accompagne la construction de la compétence. Elle permet à l’élève de mesurer ses acquis et le chemin qui reste à parcourir. Elle s’opère dans des situations diversifiées, avec des outils divers.

« Monsieur, il est noté cet exercice? » C’est une phrase que vous devez entendre très souvent j’imagine.

De plus en plus d’établissements se lancent dans la suppression des notes et ont bien évidemment choisi l’évaluation par compétences. Le bilan est très positif, en voici les retombées et surtout les avantages décrits par les différents acteurs :

Pour les parents (évaluation par compétences) : Meilleure visibilité sur la scolarité de leur enfant • Sentiment que les professeurs sont là pour aider leur enfant • Appréciation positive : seuls trois familles ont souhaité que leur enfant réintègre une classe avec notes (il s’agissait de très bons élèves).

Pour les enseignants (évaluation par compétences) : Sentiment de mieux connaître les élèves • Aide au Travail Personnel plus efficace : il est plus facile de cibler les remédiations • Bonne cohérence des équipes : tout le monde travaille dans le même sens • Sentiment qu’ils évoluent professionnellement • Pas de surcroît de travail

Impact sur les élèves (évaluation par compétences) : Diminution du stress • Augmentation de la motivation • Les élèves donnent davantage de sens à l’école parce qu’ils comprennent mieux ce qu’on attend d’eux • Développement des capacités d’auto-évaluation • Dynamique constructive de progrès : la possibilité de réévaluer une compétence non acquise est très stimulante • Pas de décrochage : élèves ayant des difficultés d’apprentissage s’accrochent et progressent − Impact sur la classe : • Bonne ambiance • Bonne cohésion du groupe • Coopération et entraide • Elèves plus dynamiques et spontanés (doivent être canalisés) • Problèmes de discipline quasiment inexistants.

Qu’en pensez-vous ?

Quelques réflexions: 

      • Les notes sont nécessaires, elles aident l’élève à apprendre à se surpasser.
      • L´évaluation par note est le seul moteur de l’apprentissage.
      • Une note n’est pas représentative de ce qu’a appris l’élève, une évaluation par compétences si.
      • Entre le bien-être des élèves et les exigences de l’avenir, quelle place pour les notes à l’école ?