Et si on préparait notre fête de la musique en classe ?

C’est bientôt l’été et comme vous le savez bien sûr, le 21 juin c’est aussi la fête de la musique en France, mais aussi dans le monde entier ! Il s’agit d’une initiative française qui a été lancée en 1982 et qui, depuis cette date, ne cesse de grandir et de s’étendre dans toujours plus de pays ! La fin de l’année est proche, on peut travailler différemment, alors je vous propose une dernière initiative sympa qui vous prendra plusieurs séances : Et si on préparait notre fête de la musique en classe ? 

On montera ce projet de fin d’année, en collaboration avec le professeur de musique bien évidemment ! Et de notre côté, les activités seront pensées de manière à réviser les aspects communicatifs et linguistiques travaillés tout au long de l’année. Eh oui, c’est aussi l’intérêt de ce genre d’initiative : on révise malin, en s’amusant !

En classe : 

Afin d’en savoir plus sur le thème de l’activité, on pourra préparer un petit quiz qui permettra à la fois aux élèves de jouer et d’apprendre beaucoup de choses sur la fête de la musique ! Ensuite, sur Internet, vous pouvez trouver de nombreux documents audiovisuels à visionner en clase ou à la maison, sur le thème de la musique et les jeunes.

Quelques idées d’activités à réaliser en groupe :

  • Faire une liste des bonnes raisons de fêter la musique.
  • Faire une liste des bienfaits de la musique.
  • Préparer une affiche personnalisée pour annoncer notre fête de la musique.
  • Préparer une enquête pour savoir qui chante, qui joue d’un instrument, lequel ? Quel instrument est le plus pratiqué dans la classe (ou dans l’établissement) ? etc.
  • Préparer une autre enquête, mais cette fois sur les genres musicaux.
  • Faire un vote pour la chanson de l’année ! (le chanteur, la chanteuse, le groupe, etc.)
  • Faire une playlist de la classe.
  • Choisir une chanson, modifier les paroles, et l’apprendre pour le jour J.

Le jour J :

Choisissez un jour, mettez-vous d’accord avec le professeur de musique, le chef d’établissement car ça peut être aussi une grande fête de toute l’école/collège/lycée. On pourra bien entendu organiser un mini-concert où les élèves chanteront, joueront d’un instrument, présenteront leurs travaux…

Et pour finir en musique, une chanson que j’adore (un chanteur que j’adore) et qui parle justement de MUSIQUE !

Allez, préparez-vous et faites la fête en musique !

Des idées de jeux pour la fin de l’année !

Le mois de juin approche à grands pas, il ne nous reste plus que quelques semaines de cours. Il va commencer à faire chaud, l’été approche, et en classe, ça se ressent, n’est-ce pas ? Pour terminer en beauté, je vous propose des idées de jeux pour la fin de l’année et une série d’activités ludiques qui rendront nos dernières séances plus légères. Attention, ça ne veut pas dire qu’on ne travaille plus, non, non, au contraire, on va justement pouvoir être plus détendus et se permettre de faire des activités différentes sans le stress de se dire « je dois terminer le programme ! ». Voici quelques idées qui, je l’espère, germeront et seront le point de départ d’autres idées brillantes !

  • On joue numérique et on révise malin avec Kahoot / Plickers
  • On lit et on s’affronte par équipe avec Rallye lecture – aller lire dans la cour, sous un arbre…
  • On chante et on mise sur la découverte (exemples – karaoké) : chaque élève doit chercher (à la maison) sur internet une chanson, un bref résumé du sens de celle-ci et une courte présentation du chanteur. En classe, on écoute les chansons et les mini exposés. Le fait que ce soit eux qui fassent découvrir des chansons à leurs camarades, ils adorent ! Pour la classe c’est une découverte, mais parfois pour nous, enseignant(e)s aussi. En effet, certains de mes élèves m’ont souvent surprise en me faisant écouter des chansons que je ne connaissais même pas ! (surtout quand on a des amateurs de rap par exemple dans la classe et ça arrive assez souvent ! Ils sont incollables sur certaines choses, il suffit de forcer un peu les choses pour mieux les connaitre ! Ils sont incroyables ces élèves ! La musique est un bon moyen de motiver nos troupes !!).
  • On regarde des vidéos : exemples de films sympas pour finir l’année.
  • On joue « classique » et on s’amuse : jeux de société (donner des exemples) On mise sur des jeux de société classiques, dans lesquels il y a un minimum d’échanges en français. On forme des groupes et les jeux circulent de tables en tables : les jeux de sept familles (révision de la famille, des professions, tout dépend de la thématique du jeu, il en existe tellement !) – le jeu du Qui est-ce ? (révision de la description physique) – le jeu du touché-coulé (révision des lettres et des nombres) – le jeu du loto (pour réviser les nombres ou du vocabulaire spécifique) – le jeu Dobble (pour réviser du vocabulaire, c’est pareil, il en existe beaucoup et on peut même le créer soi-même ! Voici justement un lien vers un site qui propose justement d’adapter ce jeu à des fins pédagogiques en classe de langue.
  • Ce que j’aime aussi faire quand l’année se termine, c’est reprendre les thèmes lexicaux travaillés pendant l’année et inventer un jeu pour chacun d’eux: un jeu dans lequel toute la classe participe, en groupe ou individuellement, un jeu dans lequel les élèves doivent bouger dans la classe (je suis une grande fan de l’apprentissage en mouvement vous le savez bien 😉 ).


Conclusion : J’espère que ces propositions vous ont plus et vous donneront d’autres idées à développer ! D’ici là, créez et surtout amusez-vous bien !

Jouons avec les expressions idiomatiques !

Il y a des sujets qui rendent le cours du français plus marrant, plus attractif et plus motivant et c’est le cas des expressions idiomatiques. Si le sujet en lui-même n’inclut rien de tout ça, il faudra essayer de trouver la manière de rendre le sujet intéressant, ludique et amusant si possible (rappelez-vous notre billet sur l’importance du rire et de la bonne humeur en classe !). Bref, cette semaine, nous nous intéressons aux expressions idiomatiques et on est sauvés j’ai envie de dire puisque c’est un sujet suffisamment drôle ! Lire la suite

Action et cinéma en classe de FLE

À l’occasion de Festival de Cannes, nous avons décidé de consacrer ce nouveau billet, au cinéma. Cette année, c’est la 71ème édition et elle se déroulera du 8 au 19 mai. Le cinéma en classe de FLE, c’est un excellent support d’apprentissage et ça peut aussi constituer un projet de classe très motivant.

Le vocabulaire du cinéma 

On proposera diverses activités/jeux en classe autour des mots se rapportant au cinéma. Lire la suite

Journée du rire ! Et si on riait pour mieux apprendre ?

Je dis souvent que tout est dans l’attitude, alors sourire, oui, dès que possible ! Mais rire, est tout aussi important. Rire en salle de classe peut représenter tout le contraire d’un contexte scolaire studieux et laborieux. En effet, certains pensent encore de nos jours que pour une bonne discipline en classe, la meilleure arme est une attitude sérieuse. Quel dommage… Aujourd’hui, nous avons justement voulu prouver le contraire. Le 6 mai, c’est la journée mondiale du rire et à cette occasion, nous allons créer un climat de classe détendu : et si on riait pour mieux apprendre ? Poursuivez la lecture et expérimentons le rire avec nos élèves, les bienfaits sont garantis ! Lire la suite

Préparons la journée du livre, à l’école et en français !

Quel jour a lieu la journée mondiale du livre ? Vos élèves le savent-ils ? En principe oui puisque chaque année, de nombreuses manifestations sont organisées dans les écoles à cette occasion. C’est donc, le 23 avril et cette journée existe depuis 1995. La fête du livre, c’est une bonne excuse pour mettre en marche des projets extraordinaires en classe avec nos élèves. Poursuivez la lecture 😉 pour en savoir plus !

Pourquoi le 23 avril ?

L’UNESCO a choisi le 23 avril, comme date symbolique pour fêter la journée du livre, mais pourquoi donc ? C’est en fait une drôle de coïncidence qui rapproche Miguel de Cervantes et William Shakespeare, mais laquelle ? Faites écouter ce podcast à vos élèves pour en découvrir la réponse. Lire la suite

La résolution de conflits, ça se travaille aussi en français !

Les conflits : ça fait partie de l’école et du vivre ensemble. C’est comme l’erreur, ça fait partie de l’apprentissage. Cependant, apprendre à les résoudre, ça fait partie des tâches de l’enseignant. En français, c’est aussi une bonne manière de les appréhender.

Des classes concrètes

Travailler sur du concret, dans la mesure du possible, c’est ce que j’essaie de faire. Pour les élèves, c’est motivant et ça les intéresse puisqu’on travaille sur du réel. Ce n’est pas toujours possible, tout dépend des contenus. On peut tout à fait travailler ces questions sur notre temps de classe, pendant des sections « citoyennes » que l’on aménage dans notre emploi du temps. Chercher à comprendre la notion de conflit c’est déjà savoir définir ce que c’est : Qu’est-ce qu’un conflit ? Quelles sont ses causes et impacts ? Lire la suite

Les nouvelles règles de grammaire en français : toute une histoire !

Depuis la rentrée dernière, les nouveaux programmes, en France, intègrent la notion de prédicat. Ces nouvelles règles de grammaire en français déstabilisent les élèves, les enseignants et les parents, bref… : toute une histoire. Après la guerre occasionnée par l’accent circonflexe, voici un nouveau sujet à débat : le prédicat. Attention, le mot a été inventé par Aristote ! Cette semaine, on a choisi d’analyser la situation et surtout essayer d’y voir plus clair. Lire la suite

Le Printemps des poètes en classe !

Le 21 mars, c’est bientôt ! Pour ceux qui ne le savent pas c’est la journée mondiale de la poésie. Dans les écoles aussi, on fête la poésie et on commence même plus tôt, avec un autre grand événement autour de la poésie : le printemps des poètes !

20ème édition : du 3 au 10 mars, en France, c’est le printemps des poètes. Cette manifestation est liée au milieu scolaire et dans les écoles, les petits de la maternelle jusqu’aux grands, du lycée y participent, à leur manière. Que font-ils exactement ? Les enseignants et leurs apprenants participent et assistent à de nombreuses actions : lectures de poèmes – correspondances et rencontres avec des poètes – expositions – ateliers d’écriture – concours – etc. Lire la suite

Débat autour des devoirs

Devoirs ou pas devoirs ? Les opinions sont divergentes à ce sujet. On est pour ou on  est contre. Il y a des enseignants qui sont pour, d’autres qui sont contre, d’autre qui sont pour mais avec un bémol. Ensuite, il faut tenir compte aussi de l’opinion des parents, bref, c’est un vrai débat ! Par contre, une chose est sûre, si on demande l’avis de nos apprenants, ils seront contre, pas de doute là-dessus.

Réflexion : Une partie des apprentissages se déroule en milieu scolaire mais c’est loin d’être la plus importante. Alors, en effet, on apprend partout où on se trouve, on apprend en situation : dans la rue, en voyage, à la maison, au supermarché, etc. On apprend des autres et on apprend aux autres. Pour nous, enseignants de français, c’est une bonne nouvelle, la langue (mais aussi les élèves 😉 ) doit être en mouvement et elle doit vivre ! Les élèves doivent donc être en interaction, la majeure partie du temps. Alors, devoirs : utiles ou inutiles ?

Devoirs pratiques et personnalisés ? Si les élèves sont tous différents, apprennent d’une manière différente, ont des niveaux différents. Pourquoi auraient-ils tous les mêmes devoirs ? Une chose est sûre et valable pour tous : sans entrainement il n’y a pas de progrès et sans pratique, il n’y a pas d’acquisition de compétences. L’apprentissage surgit si et seulement si il y a pratique et expérimentation. On parle beaucoup d’individualiser les apprentissages pendant l’heure de classe, mais pourquoi ne pas le faire aussi à la maison ? On ne se pose même pas la question, mais ce serait logique n’est-ce pas ? Pourtant, dans la pratique, ça ne se concrétise pas vraiment… On a tous tendance à donner des exercices à faire à la maison et comme une évidence, les mêmes activités pour toute la classe. Il serait peut-être bon d’essayer de prendre du recul à ce sujet…

Que faire ? Comment faire ? Lorsqu’un élève ne réussit pas une tâche, il ne suffit pas d’augmenter la dose, c’est-à-dire de redonner la même activité ou du même style pour qu’il comprenne et qu’il réussisse… S’il n’a pas réussi à le faire en classe, pourquoi réussirait-il à le faire à la maison ? C’est illusoire… À contrario, c’est l’effet opposé qu’on peut obtenir et dans ce cas, les devoirs sont source de découragement et d’abandon. Il faut donc s’interroger : Pourquoi je donne des devoirs à mes élèves ? Parce qu’il n’a pas fini un exercice en classe ? Pour renforcer un point mal compris ? Parce que je donne le même exercice à toute la classe ? Avant tout, je dois me donner un but. Il y  a du positif dans les devoirs, alors il faut savoir quoi donner à faire à la maison ? À qui ? Pourquoi ? Comment ? 

Les devoirs … pour : 

  • développer l’autonomie et les bonnes habitudes de travail.
  • développer le goût du travail personnel.
  • soutenir la motivation scolaire.
  • soutenir la mémorisation.
  • généralisation les apprentissages.
  • consolider un apprentissage.
  • se sentir responsable et tenir ses engagements.

Les devoirs deviennent : 

  • un moment de plaisir où les élèves peuvent s’exprimer sur quelque chose qu’ils aiment.
  • l’occasion de développer leur créativité et de faire appel à leurs talents !
  • modulables et adaptés au rythme d’apprentissage de chacun.

Concrètement … : 

  • parler d’eux : présenter un objet fetiche, une activité ou une passion.
  • raconter un souvenir.
  • faire une vidéo : une recette – leur chambre – une chanson – une danse – un micro-trottoir – une interview …
  • donner leur opinion personnelle (sur un film, une photo, un fait d’actualité, etc.).
  • réaliser un exposé sur un sujet de leur choix.
  • proposez une liste d’activités : ils choisissent et cochent sur votre liste ce qu’ils vont faire. Ça devient un peu à la carte, ils aimeront l’idée jen suis persuadée !

En France et ailleurs, c’est un éternel débat… Toujours est-il que les choses progressent tout de même puisque le ministre de l’Éducation français défend le dispositif « devoirs faits », qui prétend que les élèves rentrent à la maison, sans devoirs (ils sont censés les faire en classe).

Pour finir, voici un petit micro-trottoir : Pour ou contre les devoirs à la maison ?

Et vous, vous en pensez quoi ? Et vos élèves ? Organisez un petit débat en classe 😉

Rappelez-vous que l’être humain apprend quand on lui fait confiance et qu’on le guide 😉

Bonne semaine !