Comment apprennent nos élèves ?

C’est une question que l’on se pose rarement et à laquelle nous avons décidé de nous intéresser cette semaine : Comment apprennent nos élèves ? Certes, en tant que professionnels du monde de l’Éducation, on devrait se préoccuper davantage à cette question. En effet, si l’on sait quels sont les processus d’apprentissage et les étapes par lesquelles passent nos élèves, notre tâche quotidienne en serait facilitée.

Pour donner des éléments de réponses, on pourrait essayer de compléter la question : Apprennent-ils par le jeu ? Avec les Tice ?

Question-réponse : Si on ne sait pas répondre à cette question, comment peut-on proposer des situations d’apprentissage en adéquation avec la façon dont ils apprennent ? Notre défi est celui de construire de réels apprentissages et pour y arriver, mettre en œuvre une méthodologie et une pédagogie efficaces.

Observer et écouter : notre place doit parfois être celle de rester au second plan. La première évidence est que selon le public, les manières d’apprendre varient. Les profils sont différents, nous sommes tous différents et uniques. Ouvrons l’œil et apprenons à connaitre nos apprenants et détecter leurs faiblesses, leurs points forts et leurs centres d’intérêts. S’intéresser à eux c’est aussi apprendre leurs manières d’apprendre.

Les interactions : les situations de groupes sont les plus propices à l’apprentissage et comme l’a très justement dit Vygotski : « Ce que l’enfant sait faire aujourd’hui en collaboration, il saura le faire tout seul demain. »

Agir et faire pour se questionner : Vous n’avez pas l’impression qu’on utilise trop peu nos mains en cours de français (et attention, tenir le stylo et écrire ne compte pas !). Les manipulations et les expérimentations sont le point de départ des questionnements. Agir c’est aussi construire et fabriquer. En français est-ce possible pourront penser certains ? Imaginez que toutes ces étapes concrètes se réalisent en français ou bien nous donnent pied à découvrir du vocabulaire nouveau, de nouvelles expressions, de nouvelles structures ? C’est plutôt intéressant puisque tout a du sens. Ce qui sera travailler en classe découlera directement de ce qui a surgit lors de propres expériences des élèves. Il n’y a rien de mieux que de créer un environnement réel dans lequel les élèves évoluent, parlent, expriment leur opinion, posent des questions… le tout en voyant, en touchant, en écoutant, (en sentant et en goûtant, selon les activités). Concrètement, j’apporte (moi, mais eux aussi !) des vêtements, des aliments, des lego, des photos, …, toutes sortes d’objets.

Revenir sur le vécu : cela revient à mettre des mots sur ce qui a été vécu et expérimenté. Il est beaucoup plus facile de parler de choses qu’on a connu, qu’on a vu, qu’on a touché, (…), ne croyez-vous pas ? Vous serez surpris de voir à quel point, même les élèves les moins « actifs » s’impliquent dans les activités proposées. Se poser des questions sert à construire des situations d’apprentissage pertinentes.

  • Si je cherche vraiment à connaitre mon groupe,
  • Si je cherche à comprendre leur manière d’apprendre,
  • Si je m’intéresse à leurs goûts et à leurs demandes et besoins,
  • Si finalement, je suis un peu plus dans l’écoute que dans les automatismes,
  • Alors, j’agis avec distance, compétence, réflexion.
  • Et … je peux faire les bons choix !

Apprenons à être un peu plus dans le sens 😉

Formation et apprentissage de demain : tendances.

Où allons-nous en terme d’apprentissage et de formation ? Tout va très vite, on le sait, mais alors, pour ne pas « rater le coche », il faut se tenir au courant des nouvelles tendances en éducation. Nous allons apporter quelques pistes quant à ces tendances au niveau de la formation et de l’apprentissage de demain. Innovation et évolution des méthodes d’enseignement, tout cela nous parle bien évidemment. Et dans nos salles de classe, c’est la même chose évolution et innovation sont présents dans les outils qui nous permettent de faire nos cours et qui doivent en théorie, nous accompagner au quotidien. Et nous, dans tout ça ? Pas d’autre choix que de nous adapter. Si on remonte dix ans en arrière, on se rend compte de tout ce qui a changé et il faut s’accrocher, sinon, on se perd !

  • Apprentissage personnalisé : puisque chaque individu est différent, nous devons nous adapter à chacun. C’est complexe ? Oui, très… compte tenu de nos réalités de classe. Impossible ? Non, rien n’est impossible !! Nous devons accompagner les élèves à progresser individuellement dans leur processus d’apprentissage. Personnaliser les apprentissages deviendrait donc possible. Personnaliser les enseignements passe forcément par développer l’autonomie de nos élèves à travers des activités de collaboration. Un autre aspect indispensable est le tutorat. Vous devez offrir ce feed-back nécessaire à la progression de tout à chacun. Mais comptez sur les élèves eux-mêmes, ils ont des choses à dire et cela favorise l’autonomie ! Organisez en classe des séances de tutorat entre élèves après une activité orale par exemple, un exposé (pour le secondaire). Pour le primaire, c’est plus simple, le professeur étant le même, il passe forcément plus de temps avec nos élèves.
  • Apprentissage croisé : Les apprentissages peuvent être formels et informels. Avec le développement du numérique, les apprentissages informels se multiplient. Et cela contribue donc à multiplier les opportunités de développement de connaissances et compétences de chacun. La combinaison des deux devient de plus en plus évidente à l’heure actuelle et cela risque assurément de s’accentuer.
  • Apprentissage émotionnel : On le sait maintenant avec certitude : il y a une relation étroite entre l’intelligence et l’affectivité. En effet, cette capacité à raisonner peut être diminuée, par manque d’émotion. Nous détenons donc le pouvoir, nous, enseignant(e)s, nous avons la capacité de générer des émotions chez nos apprenants. À son tour, le comportement rationnel est activé et les apprentissages peuvent alors être encrés et ce, de manière beaucoup plus efficace.
  • Des expériences : Là encore, ce sont des tendances qui commencent à pénétrer de plus en plus dans les salles de classe. Les apprenants ont besoin d’accéder au sens, de voir la valeur et l’intérêt de la matière qu’ils sont en train d’étudier pour que cette dernière soit perçue comme utile, attractive et motivante. L’aspect concret et réel doit donc faire partie de nos enseignements. Nous pouvons systématiquement apporter ce sens et ce côté vivant, et en classe de langue encore plus ! Une photo, une vidéo, une anecdote vécue, tout cela est indispensable ! Inviter des personnes dans vos cours, organisez des animations en français, le fait que vos élèves se rendent compte qu’ils sont capables de comprendre quelqu’un d’autre que vous, est bénéfique, motivant et gratifiant pour l’enseignant 😉
  • Évaluer plutôt que noter : Une note souvent ne représente rien, si, elle peut avoir un effet motivant ou démotivant. Mais souvent, je n’ai pas le feed-back nécessaire. Cette idée rejoint le point précédent, sur les apprentissages personnalisés. Pour avancer, et savoir où ils en sont et où ils vont, les élèves ont besoin de vous, de nous !

On ne peut pas prévoir comment sera l’éducation dans 20 ans, ni même dans 10 ans. Mais une chose est sûre, les expériences et les apprentissages cohérents et connectés à la réalité commencent déjà, dès maintenant à être les nouvelles tendances au niveau de la formation et de l’apprentissage. Ce qui laisse supposer qu’elles continueront à l’être demain.

Que faire à partir d’Internet en classe de FLE ?

Combien de temps passez-vous sur Internet par jour ? Que faire à partir d’Internet en clase de FLE ? On pourrait commencer par10 ressources internet pour les professeurs de français FLE là au lieu de faire une introduction en bonne et dûe forme; cette question résume en quelques mots le thème de notre nouveau billet FLE pour cette dernière semaine (complète) de novembre. Internet est un sérieux allié pour nos cours, il faut juste savoir pourquoi on veut l’utiliser, dans quel but précis parce que cet outil est tellement formidable qu’on s’y perd très très vite et c’est bien là le danger ! L’environnement numérique, lié au développement des usages du Web, a pour conséquence des changements importants dans nos façons de travailler. Et puisque les nouvelles technologies sont là aussi pour nous faciliter le travail, on aurait tort de s’en priver ! Je vous propose cette semaine, un petit tour vers des sites à connaitre et à ajouter à notre liste de « favoris ». Lire la suite

Soyons positifs, pensons pédagogie positive !

Soyons positifs, pensons pédagogie positiveIl n’y a aucun doute, un enseignement réussi implique motivation de la part des élèves et cela, nous oblige, nous, enseignant(e)s à prendre les décisions adéquates. À plusieurs reprises, nous avons parlé de défis, dans nos billets FLE. Je suis convaincue que les personnes qui ont des défis à relever et qui les affrontent dans un environnement positif et encourageant, grandissent, apprennent et se sentent bien. Et cela répond parfaitement au rôle de l’enseignant. Vous l’aurez bien compris, cette semaine, nous allons parler de pédagogie positive en classe de FLE, alors soyez prêts et soyons positifs !

Voici quelques pistes à exploiter et appliquer en classe si ce n’est pas déjà fait :

  • Créer un climat de classe positif : pour garantir un apprentissage gagnant.
  • L’enseignant est le garant de ce climat positif.
  • L’enseignant doit sentir que ses élèves sont importants et inversement, les élèves doivent sentir que leur professeur est important. Le sentiment d’appartenir à un groupe est fort et cette connexion est importante pour le bien-être de chacun et comme base solide pour un apprentissage réussi.
  • N’oubliez jamais de féliciter et d’encourager vos élèves !
  • Utiliser un système de récompense(s) et n’ayez pas peur de le faire ! : de nombreuses études démontrent que si le système de récompense est juste et adapté au contexte et à l’élève, alors le processus d’enseignement-apprentissage sera efficace.

Lire la suite

Lançons des défis à nos élèves, ça motive !

25 mots espagnols qui proviennent du françaisÀ l’occasion de cette nouvelle semaine, je viens vous parler de « motivation » en classe de FLE. Nous, professeurs de français, nous sommes toujours à la recherche de nouvelles idées pour attirer l’attention de nos élèves, les intéresser et finalement les motiver ! Rendre plus accessible et plus motivant les apprentissages, c’est vraiment la clé d’un enseignement réussi, il faut en être convaincu. Un des aspects les plus motivants pour les élèves, c’est l’esprit de compétition. Alors, je vous propose de lancer des défis à nos élèves ! Qu’en pensez-vous ?

  • Qu’est-ce qu’un défi ? Souvent, on se lance des défis soi-même dans notre vie professionnelle ou privée, qu’est-ce que ça signifie ? Souvent, cela veut dire que l’on refuse de se rendre ! C’est bien de se lancer des défis, ça nous encourage à nous surpasser, à affronter des situations méconnues. Et lorsqu’on a relevé le défi en question, on se sent quand même très très bien après, vous serez d’accord avec moi ! Dans nos tâches quotidiennes, nous devons relever plusieurs défis, et nous les affrontons de manière positive. Maintenant, il est certain que si on offre à nos élèves la possibilité de se mesurer à leurs camarades, de relever des challenges, c’est comme leur offrir une motivation supplémentaire !

Lire la suite

5 conseils pour innover en classe de FLE

5 conseils pour innover en classe de FLEVous l’aurez compris, cette semaine, nous allons parler d’innovation, mais connaissons-nous bien le sens de ce mot ? Est-ce qu’innovation est synonyme de nouvelles technologies ? Autrement dit, innover reviendrait-il forcément à utiliser les TICE en cours ? Non, pas obligatoirement. Inclure les TICE dans nos pratiques de classe sera bien évidemment une manière d’innover, mais une parmi tant d’autres. Cette semaine, nous vous proposons justement d’en découvrir quelques-unes. C’est ainsi l’occasion de voir que les manières d’innover sont multiples.

Avant tout, comme vous me connaissez, vous savez que j’aime me prêter au petit jeu du remue-méninges ou brainstorming. Alors, allons-y, c’est à vous : innover, c’est … Je veux des verbes ! Il y a énormément de réponses possibles. Voici quelques exemples parmi tant d’autres : changer, créer, multiplier, simplifier, faire autrement, décliner. Lire la suite

Individualiser l’apprentissage : mission possible !

compétences en français - Individualiser l'apprentissageCette semaine, dans notre nouveau billet FLE, nous avons décidé de parler de pédagogie en s’intéressant au fait d’individualiser l’apprentissage et de le qualifier de : « mission possible ! ». Alors, pourquoi « mission » me direz-vous. Il y a tout d’abord plusieurs points à clarifier, mais le mot en lui-même suppose que la tâche n’est pas simple. Lorsque l’on parle d’individualiser l’apprentissage, on sous-entend que le maître ou le professeur ne s’adresse pas à un groupe mais à « x individus », en tenant compte de leurs différences, leurs difficultés, leurs manières d’apprendre, leurs comportements, etc. Depuis quelques années déjà, on nous parle de rendre nos élèves « acteurs », cela suppose que l’on connaisse bien chaque apprenant et que l’on puisse en tirer profit. Chacun d’eux a un potentiel, à nous d’agir !

Prêt(e)s pour la « mission … possible » ?

  • Individualiser l’apprentissage : une tâche complexe. Alors, les conditions font souvent qu’il est difficile de faire du cas par cas lorsque l’on se retrouve dans une salle de classe avec plus de 30 élèves. Mais nous allons voir qu’il ne s’agit pas de faire des cours particuliers, mais bel et bien de rentabiliser le temps au maximum, de connaître nos élèves et souvent, surtout, de se remettre en question.
  • Individualiser l’apprentissage : 5 pistes.

Lire la suite

Top 7 des films français à voir en classe de FLE

Films français en classe de FLE

Wikimedia Commons: http://bit.ly/1Tnil5J

En cette fin d’année scolaire, une fois les examens passés, nous pouvons nous détendre en classe et nos élèves aussi et pourquoi pas regarder des films français en classe de FLE ! Regarder des films en version originale contribue aussi à améliorer son niveau de langue. En effet, ils familiarisent l’oreille à une autre prononciation, nous apprennent à prononcer les mots les plus courants que l’on retient inconsciemment, et nous permettent de travailler une langue étrangère d’une façon plaisante. Je vous propose donc, cette semaine, une sélection de films à voir et à travailler en classe de français : Lire la suite

Prêt pour un début de cours réussi ?

Pensez-vous que la manière de commencer son cours conditionne les élèves pour le reste de l’heure ? Ne croyez-vous pas que les cinq premières minutes sont cruciales ?

Un rituel : pourquoi faire ?

  • Ouvrir le cours : introduction.
  • Fixation de certaines structures langagières (répétitives).
  • Motiver les élèves (valoriser les acquis ).
  • Permettre, en quelques minutes, aux élèves, de s’exprimer : mise en confiance.

Lire la suite

Importance de l’oral en classe de FLE en primaire

Qui dit classe de FLE, dit enseignement d’une langue vivante, et, comme son nom l’indique, il s’agit d’une langue « vivante » ce qui sous-entend donc : parler, communiquer, écouter, échanger, interagir (…). Vous allez me dire que cela est parfois une tâche bien complexe que celle de faire de l’oral en classe de français pour des motifs variés (classes surchargées, d’élèves bavards, turbulents, …) ! Je vous l’accorde, il est souvent plus aisé, pour le professeur et pour le bon déroulement de la classe, de passer à l’écrit ! Cependant, l’oral est pourtant une des compétences à ne pas négliger.

Le primaire et le FLE : les élèves, ici, en Espagne, commencent avec leur seconde langue (s’ils étudient une autre langue que l’anglais, ce qui n’est, malheureusement pas le cas de tout le monde) quand ils commencent leur étape secondaire. En revanche, certains établissements, commencent plus tôt et ceci dès la dernière ou avant-dernière année de primaire (5º-6º). Lire la suite