Formation et apprentissage de demain : tendances.

Où allons-nous en terme d’apprentissage et de formation ? Tout va très vite, on le sait, mais alors, pour ne pas « rater le coche », il faut se tenir au courant des nouvelles tendances en éducation. Nous allons apporter quelques pistes quant à ces tendances au niveau de la formation et de l’apprentissage de demain. Innovation et évolution des méthodes d’enseignement, tout cela nous parle bien évidemment. Et dans nos salles de classe, c’est la même chose évolution et innovation sont présents dans les outils qui nous permettent de faire nos cours et qui doivent en théorie, nous accompagner au quotidien. Et nous, dans tout ça ? Pas d’autre choix que de nous adapter. Si on remonte dix ans en arrière, on se rend compte de tout ce qui a changé et il faut s’accrocher, sinon, on se perd !

  • Apprentissage personnalisé : puisque chaque individu est différent, nous devons nous adapter à chacun. C’est complexe ? Oui, très… compte tenu de nos réalités de classe. Impossible ? Non, rien n’est impossible !! Nous devons accompagner les élèves à progresser individuellement dans leur processus d’apprentissage. Personnaliser les apprentissages deviendrait donc possible. Personnaliser les enseignements passe forcément par développer l’autonomie de nos élèves à travers des activités de collaboration. Un autre aspect indispensable est le tutorat. Vous devez offrir ce feed-back nécessaire à la progression de tout à chacun. Mais comptez sur les élèves eux-mêmes, ils ont des choses à dire et cela favorise l’autonomie ! Organisez en classe des séances de tutorat entre élèves après une activité orale par exemple, un exposé (pour le secondaire). Pour le primaire, c’est plus simple, le professeur étant le même, il passe forcément plus de temps avec nos élèves.
  • Apprentissage croisé : Les apprentissages peuvent être formels et informels. Avec le développement du numérique, les apprentissages informels se multiplient. Et cela contribue donc à multiplier les opportunités de développement de connaissances et compétences de chacun. La combinaison des deux devient de plus en plus évidente à l’heure actuelle et cela risque assurément de s’accentuer.
  • Apprentissage émotionnel : On le sait maintenant avec certitude : il y a une relation étroite entre l’intelligence et l’affectivité. En effet, cette capacité à raisonner peut être diminuée, par manque d’émotion. Nous détenons donc le pouvoir, nous, enseignant(e)s, nous avons la capacité de générer des émotions chez nos apprenants. À son tour, le comportement rationnel est activé et les apprentissages peuvent alors être encrés et ce, de manière beaucoup plus efficace.
  • Des expériences : Là encore, ce sont des tendances qui commencent à pénétrer de plus en plus dans les salles de classe. Les apprenants ont besoin d’accéder au sens, de voir la valeur et l’intérêt de la matière qu’ils sont en train d’étudier pour que cette dernière soit perçue comme utile, attractive et motivante. L’aspect concret et réel doit donc faire partie de nos enseignements. Nous pouvons systématiquement apporter ce sens et ce côté vivant, et en classe de langue encore plus ! Une photo, une vidéo, une anecdote vécue, tout cela est indispensable ! Inviter des personnes dans vos cours, organisez des animations en français, le fait que vos élèves se rendent compte qu’ils sont capables de comprendre quelqu’un d’autre que vous, est bénéfique, motivant et gratifiant pour l’enseignant 😉
  • Évaluer plutôt que noter : Une note souvent ne représente rien, si, elle peut avoir un effet motivant ou démotivant. Mais souvent, je n’ai pas le feed-back nécessaire. Cette idée rejoint le point précédent, sur les apprentissages personnalisés. Pour avancer, et savoir où ils en sont et où ils vont, les élèves ont besoin de vous, de nous !

On ne peut pas prévoir comment sera l’éducation dans 20 ans, ni même dans 10 ans. Mais une chose est sûre, les expériences et les apprentissages cohérents et connectés à la réalité commencent déjà, dès maintenant à être les nouvelles tendances au niveau de la formation et de l’apprentissage. Ce qui laisse supposer qu’elles continueront à l’être demain.

Dis-moi dix mots en … français

Dis-moi dix mots est une opération nationale qui visent, tout d’abord, à sensibiliser le plus grand nombre de personnes sur l’importance de la langue française et sa diversité. Ensuite, le second objectif qui est, lui aussi évident, est celui de promouvoir cette belle langue ! Cette opération se déroule tout au long de l’année scolaire, de septembre à juin, et ce, chaque année. Elle invite les élèves à la mettre en scène, à la faire vivre de différentes manières : en poésie, en chanson ou encore sur scène !

Définition : c’est le ministère de la culture et de la communication qui organise chaque année cette opération « Dis-moi dix mots ». En collaboration avec le ministère de l’Éducation, plusieurs concours visent à récompenser le talent artistique des élèves ! Ainsi, tous les ans, au mois de septembre, les nouveaux mots de l’année sont révélés. Il y a toujours un thème central qui, selon les années, est plus ou moins abordable en classe. Les thèmes des deux dernières années étaient : « Dis-moi dix mots … en langue(s) française(s) » et « Dis-moi dix mots … que tu accueilles ». Comme vous pouvez l’imaginer, les mots de ces deux années ont été composés de mots d’ailleurs ou propres à un pays francophone. Cela nous prouve une nouvelle fois, qu’une des grandes richesses de la langue française, c’est sa variété !

Les dix mots de 2016-2017 : cette année, le thème est la Toile et voici les dix mots retenus : nomade – télésnober – héberger – pirate – fureteur – canular – favori – nuage – émoticône – avatar.

Le Concours des dix mots : des concours pour les élèves des classes élémentaires mais aussi des collèges et lycées récompensent les meilleures créations artistiques et/ou littéraires. Alors, pour y participer, rendez-vous sur le site des « Dix mots » afin de consulter les concours : pédagogiques et tout public. La Bataille des dix mots est aussi une opération lancée en parallèle et à connaitre. Elle propose d’illustrer, seul(e) ou en équipe, un des dix mots de l’année.

Activités « Dis-moi dix mots » : Vous pouvez commencez par une activité introductrice simple. Les élèves lisent les dix mots et doivent identifier quel est le thème commun des dix mots. Cette année, comme le thème est la Toile (internet), ils n’auront pas de mal à trouver la bonne réponse. En effet, ils n’auront, à priori, pas besoin de votre aide car ils connaissent plusieurs mots. Projetez les dix mots, ils reconnaitront : avatar, favori, émoticône, nuage, nomade. Passez ensuite, à la loupe, les dix mots : sont-ils capables de proposer une définition ? Faites-les travailler en binôme. N’oubliez pas de télécharger la brochure !

Consultez le site internet en classe, avec vos élèves, de multiples activités et jeux vous y sont proposés. Il y a même une courte vidéo pour chaque mot, des fiches et de nombreuses ressources vous attendent ! Finalement, organisez vos propres concours internes et allez même jusqu’à créer votre propre opération « Dis-moi dix mots ». Faisons travailler notre imagination autour des mots du français !

Grâce à cette opération, on travaille le lexique et la créativité de nos élèves sur des supports divers : la lecture, l’écriture, la chanson, la représentation, le jeu, etc. Il est aussi intéressant de travailler en équipe avec des collègues d’autres matières. Et pourquoi ne organiser un projet transversal, qui, comme vous la savez est très en vogue actuellement.

Vivons et faisons suivre la langue française, en classe, avec nos élèves ! Et n’oubliez pas : notez dans vos agendas que la semaine de la Francophonie 2017, se tiendra du 18 au 26 mars prochains.

Mieux connaitre la France d’outre-mer

Et puisqu’une nouvelle semaine s’avoisine, un nouveau billet FLE s’annonce. Cette semaine, nous avons décidé de parler de la France, mais de sortir de la métropole pour mieux connaitre la France d’outre-mer.  Nous vous proposons de répondre à cette question, pourtant simple mais en même temps, d’en apprendre un peu plus, car nous savons peu de choses finalement sur cette France : Qu’est-ce que la France d’outre-mer ? À plusieurs reprises, nous avons parlé de Francophonie et de la langue française mais finalement, nous nous sommes très peu intéressés à ces endroits et à ces Français qui vivent un peu partout dans le monde ! Suivez le guide pour mieux connaitre cette autre France : dépaysement garanti pour ce post 😉

800px-Outre-mer

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Outre-mer.png?uselang=es

  • Définition : Les DOM-TOM (départements et territoires d’outre-mer), la France des trois océans, sont deux manières d’appeler la France d’outre-mer. Ces expressions qualifient donc les territoires français répartis dans le monde. Ces anciennes colonies, bien qu’éloignés géographiquement de la métropole, font bien partie de la République. En classe, on parle souvent à nos élèves, des pays parlant le français dans le monde pour leur faire voir l’importance de la langue, mais nous ne nous attardons pas vraiment sur ces territoires, qui sont pourtant français.
  • Activités : demander à vos apprenants d’expliquer pourquoi cette autre France est aussi appelée « France des trois océans » ? Combien de territoires représente la France d’outre-mer ? C’est important aussi de la savoir. (Réponse : 13). Ensuite, il est important qu’ils puissent visualiser ces territoires sur une carte. Posez-leur des questions pour les orienter. Tous ces territoires sont des îles ? Munissez-vous d’un planisphère et préparez de petites devinettes. Au préalable, vous dévoilerez bien sûr, les noms de ces petits « paradis » français dispersés sur le globe. Exemple de devinette : « Je suis une île de l’Océan Indien qui a longtemps été inhabitée. Je suis devenue une colonie, au XVIIIº siècle. » (Réponse : La Réunion). « Je ne suis pas une île. Je suis située sur le continent Américain, voisine du Brésil, mon territoire est recouvert à 95% par la forêt amazonienne. » (Réponse : La Guyane). Proposez les petites devinettes aux élèves, ils essaient de trouver la réponse et de localiser l’endroit sur le planisphère. C’est une manière assez ludique de leur faire découvrir la France ! Une fois identifiés et localisés, ils ne vous restera plus qu’à leur montrer des photos ou vidéos de ces endroits « magiques ». Ce site est idéal, n´hésitez pas le consulter. Il será très utile si vous décidez de demander à vos élèves de réaliser un petit exposé pour mieux connaitre cette France d’outre-mer.
  • Quelle est la différence entre Français et français ? Comme vous le voyez, c’est la majuscule qui fait toute la différence. Nous allons tout d’abord nous intéresser à ces Français, habitants d’outre-mer, nous poursuivrons la visite par un peu de culture lexicale car le français de métropole n’est pas tout à fait le même que le français d’outre-mer.
  • Les Français de France, mais d’ailleurs : ce qui caractérise surtout les populations d’outre-mer, c’est leur grande diversité culturelle (diversités d’origines, sociales, socio-économique, etc.). Par contre, soulignez bien en classe que ce sont des citoyens français qui ont les mêmes droits et devoirs qu’un citoyen de métropole. La population d’outre-mer a tendance à augmenter, de nombreux Français de métropole qui partagent le goût de l’aventure, décident de tout quitter pour partir s’installer sur un de ces territoires.
  • Les français d’ailleurs : la France d’outre-mer dispose d’un patrimoine linguistique d’une grande richesse. On parle aussi d’ailleurs des langues de France, des langues françaises. Elles font partie du patrimoine linguistique de la Nation. Ce plurilinguisme français constitue une des richesses de la France.  Toutes ces langues contribuent sans nul doute possible, au rayonnement culturel de la France dans le monde. Consultez ce site sur les langues de France en chanson.

Pour finir, il serait intéressant de demander aux élèves de préparer un petit exposé à la classe. L’objectif ? Mieux connaitre la France d’outre-mer. Ils travaillent en groupe, chaque groupe présente un territoire d’outre-mer. La conclusion de tout ce travail sera bien évidemment de vous donner envie de voyager mais dans un premier lieu, de réaffirmer que la France est une grande puissance mondiale, riche culturellement et au niveau linguistique et c’est grâce aussi à l’outre-mer !

Soyons prêt(s) à faire découvrir la France d’outre-mer à nos élèves !

Des idées d’activités FLE à partir de photos

Pour terminer l’année, je vous propose un dernier billet FLE. Voici une sérieDes astuces pour perdre son accent espagnol d’activités à mettre en place à partir de photos. Utilisez-vous des photos pour vos cours de français ? Pourquoi utiliser des photos ? Quels sont les avantages ? Dans ce post, nous apportons des réponses à ces quelques questions. Les images et les photos sont d’excellents supports pour nos cours. Les documents visuels sont des documents puissants dans le sens où le nombre d’activités à mettre en place est infini.

  • Pourquoi les documents visuels sont si intéressants s’ils sont dépourvus de texte ? Quel est alors l’intérêt didactique ? Le document visuel est avant tout un déclencheur d’interactions.
  • Pourquoi préférer les photos ? Tout simplement parce que la photo apporte ce côté authentique et réel à nos cours et c’est essentiel de veiller à rendre nos cours vrais et vivants !

Nous devons percevoir les photos comme une solution à une éternelle question : « comment faire parler les apprenants ? ». Et ce qui est fascinant c’est le fait que l’on peut travailler la même image avec des élèves débutants ou avec des élèves d’un bon niveau. Notre travail est alors celui de proposer la consigne et de la faire évoluer et nous nous convertissons en animateur où notre rôle est de corriger les productions orales des apprenants. 

Activités FLE à partir de photos :

  • Commenter des photos : donner son opinion, décrire, expliquer, justifier, etc. le professeur est médiateur. Cet exercice est très intéressant, chaque élève peut s’expliquer librement et cela est très enrichissant puisque tout le monde ne voit pas les mêmes choses, ne perçoit pas les choses de la même manière.
  • Projet roman-photos : les élèves travaillent leur imagination, la production écrite et la créativité.
  • Sélection de photos : choisir des photos qui suscitent l’intérêt des élèves, laLeçon_de_français_langue_étrangère curiosité puis des réactions. Le professeur reste à un second plan et une discussion s’établit entre les élèves. Ils prennent position, approuvent, s’opposent et toutes ces situations sont propices à l’appropriation langagière.
  • Les photos et leur contenu culturel à exploiter en fin de séquence.
  • Les activités FLE à partir de photos dépendent de votre originalité, votre capacité d’anticipation et d’imagination.

Les élèves s’approprient les photos et toutes les activités que l’on peut instaurer en classe, favorisent l’autonomie et l’implication de nos apprenants.

Soyez connectés à la réalité ! Profitez des vacances de Noël, faites des photos et utilisez-les comme support !

Des bons plans pour le mois de décembre !

Le mois de décembre, c’est le mois des fêtes de Noël, des fêtes de fin d’année, leMarché de Noël_Paris mois de la magie. Alors, que faire ou plutôt, comment s’organiser pour tout faire ? Où se rendre pour vraiment savourer le mois de Noël et se plonger dans cette ambiance féérique ? Grâce à ce billet : voici des bons plans pour le mois de décembre, prêt(e)s pour un petit voyage express en France ?

Lire la suite

La Saint-Nicolas : de la légende à la fête !

Le mois de décembre a commencé, les marchés de Noël aussi ! Saviez-vous que le 6Saint-Nicolas Nancy décembre, en plus de souhaiter une bonne fête à tous les « Nicolas », en plus d’être un jour férié en Espagne, c’est le jour de la « Saint-Nicolas ». Mais qu’est-ce que c’est la Saint-Nicolas ? Cette semaine, nous vous proposons un billet autour de cette légende du Saint-Nicolas qui, chaque année, est aussi une grande fête, mais alors, savez-vous alors de quelle région le Saint-Nicolas est-il le patron ? Je vous invite à lire ce post pour tout savoir sur ce personnage. Lire la suite

Que faire à partir d’Internet en classe de FLE ?

Combien de temps passez-vous sur Internet par jour ? Que faire à partir d’Internet en clase de FLE ? On pourrait commencer par10 ressources internet pour les professeurs de français FLE là au lieu de faire une introduction en bonne et dûe forme; cette question résume en quelques mots le thème de notre nouveau billet FLE pour cette dernière semaine (complète) de novembre. Internet est un sérieux allié pour nos cours, il faut juste savoir pourquoi on veut l’utiliser, dans quel but précis parce que cet outil est tellement formidable qu’on s’y perd très très vite et c’est bien là le danger ! L’environnement numérique, lié au développement des usages du Web, a pour conséquence des changements importants dans nos façons de travailler. Et puisque les nouvelles technologies sont là aussi pour nous faciliter le travail, on aurait tort de s’en priver ! Je vous propose cette semaine, un petit tour vers des sites à connaitre et à ajouter à notre liste de « favoris ». Lire la suite

Organiser un échange linguistique en classe de FLE

L’organisation d’un échange linguistique n’est pas une mince affaire, préparer un séjour linguistique requiert force, organisation, constance et bien sûr, et commefautes typiques des hispanophones en français toujours j’ai envie de dire : motivation ! C’est un travail de longue haleine, un projet linguistique qui s’étend sur toute une année et devient surtout la clé de voûte de notre enseignement tout au long de l’année scolaire en question. Alors, par ce billet, nous avons souhaité vous apporter des conseils, des idées mais aussi et surtout souligner les aspects positifs que tout échange linguistique procure aux élèves et sans aucun doute, aux enseignants !

Il y a différents stades dans le déroulement de tout échange linguistique : la préparation – le voyage en lui-même, c’est-à-dire l’expérience, le vécu, sur le terrain – puis l’exploitation à posteriori. Toutes les étapes favorisent le développement de l’autonomie chez les apprenants.

  • Cette autonomie s’acquiert progressivement dans le sens où toute l’année est jalonnée de travaux, recherches et activités autour du voyage à venir. Puisqu’il s’agit d’un échange, cela suppose « correspondant » et « famille d’accueil ». EnFLE effet, dès la debut de l’année, chaque élève fait la connsaissance de son correspondant. Souvent, cette correspondance commence par une présentation des élèves espagnols (ou français) à l’autre classe. Les deux correspondants font connaissance tout au long de l’année par échange de lettres manuscrites, méls ou même pourquoi pas par des séances de communication en direct et de vive voix, sur l’ordinateur. Il est vrai que de plus en plus de classe organisent des rencontres « virtuelles » et communiquent en groupe classe à travers un écran ! Toutes ces activités sont marquantes et on ne peut plus motivantes pour les élèves.
  • Vient ensuite la préparation du voyage en elle-même. Avant de se rendre sur place, il va falloir déterminer des thèmes de recherches sur lesquels on va travailler en classe. Il est conseillé de former des groupes qui vont, chacun se « spécialiser » sur un sujet précis et en lien avec l’échange scolaire pour, par la suite réaliser un exposé en classe. Les thèmes à travailler sont libres mais certains sont incontournables comme : la découverte de la ville et de la región – le système éducatif du pays concerné – le mode de vie et les habitudes des adolescents de leur âge, dans ce pays – etc.
  • L’heure du voyage a sonné ! Imaginez un seul instant l’intensité de l’immersion linguistique dans laquelle se voient plongés les élèves ! Les situations de communication face auxquelles ils se retrouvent durant la durée du séjour sont multiples : conversation avec divers interlocuteurs natifs; mais la nature du message linguistique est aussi extrêmement variée. En effet, au quotidien, ils reçoivent des messages visuels et auditifs dans la langue d’apprentissage : affiches et spots publicitaires, télé, radio, presse, jeux, etc. Les élèves sont constamment sollicités, il faut donc qu’ils apprennent à saisir l’essentiel du/des message(s) et cela implique un effort constant de concentration et d’attention. Les apprenants sont d’ailleurs les premiers surpris de voir qu’ils sont capables de comprendre l’essentiel d’un message, quel qu’il soit, et ce, même les premiers jours de cohabitation avec le français. Les bénéfices pour les élèves ne sont pas uniquement de l’ordre linguistique mais également au niveau du développement personnel et de l’autonomie, en plus de l’aspect civique, culturel et émotionnel, etc.
Pour les professeurs qui doutent encore à se lancer dans un échange, l’aspect économique n’est pas à négliger non plus. Le coût d’un échange scolaire est bien plus réduit que celui d’un voyage linguistique puisque un bon nombre d’activités peut être organisé dans les établissements respectifs et le second point est celui de l’hébergement, qui est « gratuit » en famille d’acceuil. Alors ne doutez plus 😉
Il y a de nombreuses agences spécialisées dans l’organisation de ce type de séjour et qui vous aident à entrer en contact avec un établissement mais grâce à internet, vous trouverez votre bonheur si vous êtes à la recherche d’un établissement en France ou dans un pays francophone; en voici un exemple !

L’expérience est tellement positive à tous points de vue que les efforts à fournir au préalable valent vraiment le coup et sont vite oubliés !

 

Soyons positifs, pensons pédagogie positive !

Soyons positifs, pensons pédagogie positiveIl n’y a aucun doute, un enseignement réussi implique motivation de la part des élèves et cela, nous oblige, nous, enseignant(e)s à prendre les décisions adéquates. À plusieurs reprises, nous avons parlé de défis, dans nos billets FLE. Je suis convaincue que les personnes qui ont des défis à relever et qui les affrontent dans un environnement positif et encourageant, grandissent, apprennent et se sentent bien. Et cela répond parfaitement au rôle de l’enseignant. Vous l’aurez bien compris, cette semaine, nous allons parler de pédagogie positive en classe de FLE, alors soyez prêts et soyons positifs !

Voici quelques pistes à exploiter et appliquer en classe si ce n’est pas déjà fait :

  • Créer un climat de classe positif : pour garantir un apprentissage gagnant.
  • L’enseignant est le garant de ce climat positif.
  • L’enseignant doit sentir que ses élèves sont importants et inversement, les élèves doivent sentir que leur professeur est important. Le sentiment d’appartenir à un groupe est fort et cette connexion est importante pour le bien-être de chacun et comme base solide pour un apprentissage réussi.
  • N’oubliez jamais de féliciter et d’encourager vos élèves !
  • Utiliser un système de récompense(s) et n’ayez pas peur de le faire ! : de nombreuses études démontrent que si le système de récompense est juste et adapté au contexte et à l’élève, alors le processus d’enseignement-apprentissage sera efficace.

Lire la suite

Halloween : idées d’activités pour la classe de FLE

Halloween France FLECette semaine pré-Halloween, nous avons décidé de nous plonger dans cet univers qui, certes, est une tradition anglo-saxonne mais, comme beaucoup l’ignorent, est une fête aussi très importante au Canada et même dans la partie francophone ! C’est pourquoi nous avons choisi de dédier ce billet à cette fête en découvrant des infos, des recettes, des idées d’activités pour que vos cours de FLE, cette semaine, aient un air d’Halloween.

Origines de cette fête : On fête Halloween le 31 octobre, la veille de la Toussaint ; c’est une fête celtique d’origine irlandaise. Aujourd’hui, Halloween est principalement célébré en Irlande, en Grande-Bretagne, aux États-Unis, au Canada, en Australie et aussi mais dans une moindre mesure, en France et dans d’autres pays d’Europe. Lire la suite