Vacances studieuses ou pas ? Quelques idées.

C’est bientôt les vacances ! Vacances bien méritées ! Le mois de juin touche à sa fin, c’est l’heure de faire le bilan. Il est sûrement positif, mais nous le savons tous, l’enseignement est en constante transformation et nous, enseignants, il nous faut nous adapter à tous ces changements pour améliorer nos techniques de classe, faciliter les apprentissages de nos élèves et toujours chercher de nouvelles idées motivantes pour tout le monde !

Voici quelques idées pour ceux qui décident de faire rimer : vacances-plaisir avec vacances-studieuses !

1) Partir en France en immersion linguistique pour améliorer votre niveau delangue : seul(e) ou à plusieurs, entre amis ou en famille, quoi de mieux que de se retrouver dans le pays pour pratiquer la langue et se réactualiser ! Comme tout le monde, on a tendance à utiliser trop souvent les mêmes mots, les mêmes expressions ! Un petit voyage en France et être au contact de Français, c’est la meilleure solution pour y remédier et redéclencher certaines choses (endormies dans un petit coin de notre cerveau). Il existe de nombreux organismes qui proposent également des programmes purement linguistiques pour les professionnels de l’enseignement du FLE. C’est aussi une bonne solution ! Lire la suite

Comment optimiser au maximum notre temps de classe ?

Le nombre d’heures de cours de français hebdomadaire étant si limité, on sera tous d’accord, nous devons user de stratégies pour profiter au maximum du temps de classe. Comment fait-on cela ? Comment optimiser au maximum notre temps de classe ?

La première des choses, c’est la gestion de classe. Cette dernière constitue la base à partir de laquelle on va pouvoir construire nos séances dans un climat propice à l’enseignement (et ce n’est pas toujours chose simple !). Elle vise à optimiser le temps d’apprentissage en classe en gérant le comportement des apprenants ainsi que les contenus pédagogiques et didactiques abordés en classe. Il est donc recommandé de créer un climat favorable à l’apprentissage en instaurant des routines et en posant de manière claire les règles de vie et de fonctionnement. Pour cela : prévoir des retours au calme, des transitions entre les activités, nommer des responsables, des gardiens du silence par exemple, etc.). Et surtout, dès le debut, soyons clairs et cohérents et restons-le !

Voir vos apprenants comme des « acteurs ». Faire cours n’est pas ou n’est plus une démonstration collective de son savoir. En tout cas, ça ne devrait pas l’être. Nos apprenants sont uniques, nous le savons et nous nous efforçons pour les faire progresser à leur manière et à leur rythme. De plus, nous avons la lourde tâche de les faire évoluer dans un contexte de classe positif et donner le meilleur de nous-mêmes afin qu’ils deviennent des « acteurs » autonomes ! Optimiser le temps de classe, c’est ça aussi : pouvoir compter sur nos apprenants, déléguer, les laisser progresser, les accompagner et leur donner les clés de la « réussite » 🙂

Construire des séquences efficaces et dynamiques sans temps morts. En tant qu’enseignants nous devons concevoir, organiser, mettre en oeuvre, établir une relation pédagogique et éducative qui donne du sens aux différents apprentissages entrant en jeu. Et pour compliquer l’affaire (comme si elle était simple), nous devons prendre en compte la situation de chaque élève, travailler en équipe et monter des projets pluridisciplinaires ! Le maitre mot est : « efficacité » ! Nous devons imposer le rythme de nos séances et les dynamiser en variant les activités (attention aux activités trop longues !). Une chose est sûre : en classe de langue, nous devons parler, écouter, échanger, jouer, vivre en français ! Ce dernier aspect est essentiel puisqu’il apporte du concret dans nos cours parfois trop souvent éloignés de la réalité.

Gérer et occuper l’espace : Bouger et faites bouger vos élèves !

De nombreux enseignants partagent leurs pratiques sur Internet et organisent même des réunions. Elles leur permettent d’échanger, de décrire leurs difficultés, d’écouter d’autres manières de faire, etc. Ainsi, ils ne gardent que ce qui leur fait sens et cela leur permet même d’avoir de nouvelles idées.

Cultivons leur envie d’apprendre !

5 conseils pour innover en classe de FLE

5 conseils pour innover en classe de FLEVous l’aurez compris, cette semaine, nous allons parler d’innovation, mais connaissons-nous bien le sens de ce mot ? Est-ce qu’innovation est synonyme de nouvelles technologies ? Autrement dit, innover reviendrait-il forcément à utiliser les TICE en cours ? Non, pas obligatoirement. Inclure les TICE dans nos pratiques de classe sera bien évidemment une manière d’innover, mais une parmi tant d’autres. Cette semaine, nous vous proposons justement d’en découvrir quelques-unes. C’est ainsi l’occasion de voir que les manières d’innover sont multiples.

Avant tout, comme vous me connaissez, vous savez que j’aime me prêter au petit jeu du remue-méninges ou brainstorming. Alors, allons-y, c’est à vous : innover, c’est … Je veux des verbes ! Il y a énormément de réponses possibles. Voici quelques exemples parmi tant d’autres : changer, créer, multiplier, simplifier, faire autrement, décliner. Lire la suite

5 conseils pour se lancer dans la classe inversée en FLE

classe inverséeCette semaine, nous avons décidé de parler de pédagogie et de cette tendance qui, peu à peu, gagne de nombreux adeptes, c’est-à-dire, la pédagogie inversée. Nous souhaitons vous donner quelques précieux conseils qui vous permettront de vous lancer dans l’univers de la classe inversée.

En quoi consiste la pédagogie inversée ? La classe inversée, comme son nom l’indique, consiste à inverser le concept traditionnel de la classe : leçon en classe, activités et exercices à la maison. Désormais, il faut inverser les rôles, ou plutôt, rendre l’élève le plus actif possible pendant le temps de clase.

Pourquoi inverser les clases ? Répondre à des besoins spécifiques : dans nos classes actuelles, de plus en plus d’élèves sont en difficultés, mais par le même temps, de plus en plus d’élèves sont très performants. Nous ne pouvons pas satisfaire ces besoins avec une approche traditionnelle, nous perdons des élèves en chemin…

Lire la suite

Individualiser l’apprentissage : mission possible !

compétences en français - Individualiser l'apprentissageCette semaine, dans notre nouveau billet FLE, nous avons décidé de parler de pédagogie en s’intéressant au fait d’individualiser l’apprentissage et de le qualifier de : « mission possible ! ». Alors, pourquoi « mission » me direz-vous. Il y a tout d’abord plusieurs points à clarifier, mais le mot en lui-même suppose que la tâche n’est pas simple. Lorsque l’on parle d’individualiser l’apprentissage, on sous-entend que le maître ou le professeur ne s’adresse pas à un groupe mais à « x individus », en tenant compte de leurs différences, leurs difficultés, leurs manières d’apprendre, leurs comportements, etc. Depuis quelques années déjà, on nous parle de rendre nos élèves « acteurs », cela suppose que l’on connaisse bien chaque apprenant et que l’on puisse en tirer profit. Chacun d’eux a un potentiel, à nous d’agir !

Prêt(e)s pour la « mission … possible » ?

  • Individualiser l’apprentissage : une tâche complexe. Alors, les conditions font souvent qu’il est difficile de faire du cas par cas lorsque l’on se retrouve dans une salle de classe avec plus de 30 élèves. Mais nous allons voir qu’il ne s’agit pas de faire des cours particuliers, mais bel et bien de rentabiliser le temps au maximum, de connaître nos élèves et souvent, surtout, de se remettre en question.
  • Individualiser l’apprentissage : 5 pistes.

Lire la suite

Améliorer son français avec un correspondant

correspondantCette semaine nous vous recommandons d’organiser un échange avec un établissement scolaire dans l’objectif que vos élèves aient un correspondant francophone car cela représente un réel atout pour améliorer leur niveau de français. Alors certes, tout cela suppose un très très gros travail de la part des professeurs de FLE. Ceux qui, comme moi, ont eu la chance de vivre cette belle expérience, des deux côtés seront d’accord sur le fait qu’il s’agit d’une excellente méthode pour améliorer son français (ou espagnol).

La vraie solution pour progresser en français est bien entendu de parler la langue avec des natifs. L’échange qui se crée est très enrichissant, mais, concrètement, quels sont les vrais avantages d’avoir un correspondant ? Lire la suite

Fans de Estíbaliz !

Bonjour à toutes / tous,

Nouvelle semaine, nouveau billet et nouveau portrait de prof ! Découvrons Estíbaliz, professeure de français à Fuenlabrada, à l’IES Julio Caro Baroja. J’y suis allée à plusieurs reprises pour parler de la France, de la Francophonie et de la BD à ses élèves mais aussi pour partager un café avec Estíbaliz. C’est une prof extra, c’est ce que je peux vous dire ! Ses élèves ont vraiment de la chance 🙂 !

Estíbaliz photo

  • Si vous étiez un mot français, lequel seriez-vous ? Délicieux, j’adore la phonétique de ce mot.
  • Si vous étiez une expression française typique, laquelle seriez-vous ? « Tête de linotte » parce que c’est drôle.
  • Si vous étiez un endroit français ou francophone, lequel seriez-vous ? Bengbis, Cameroun. J’ai pu partir au Cameroun dans une ONG « Zerca y Lejos » grâce à la langue française. Une copine photographe et moi avions un projet en tête. Ce projet était de montrer la vie quotidienne des camerounais et le rapport entre les bénévoles espagnols et les paysans. Pour mieux voir une partie de ce qu’on a vécu là-bas cliquez sur l’onglet « personal work », sur le site www.cristinacandel.com/.
  • Si vous étiez un plat français, lequel seriez-vous ? Tartiflette parce que c’est le premier plat que j’ai appris à faire en France.
  • Si vous étiez une chanson française (ou francophone), laquelle seriez-vous ? « Je veux » de ZAZ.
  • Si vous étiez un film français (ou francophone), lequel seriez-vous ? La vie est un long fleuve tranquille.
  • Si vous étiez une personnalité française (ou francophone), laquelle seriez-vous ? Florence Foresti parce que j’aime bien son sketch l’avion de barbie.
  • Activité ou projet que vous avez mené dans votre établissement en français et que vous souhaiteriez partager : Un échange collaboratif en ligne avec ESSCA (Angers).

Mille mercis Estíbaliz! 

 

 

 

 

Les notes à l’école

    • Le système d’évaluation a-t-il un effet négatif sur l’apprentissage?
    • Évaluation par compétences ou évaluation traditionnelle par notes?

actu-environnement.com

Il s’agit là, d’un éternel débat. On entend souvent dire que les notes sanctionnent l’erreur plutôt que de récompenser l’effort et le progrès. Pourtant, la majorité des Français, s’oppose à changer le système d’évaluation par notes.  80% des Français restent favorable à l’évaluation par note. En effet, pour eux, les notes sont un point de repère, ils ont ainsi l’impression de mieux suivre la scolarité de leurs enfants. 39% des enseignants seraient prêts à abandonner les notes chiffrées au primaire et collège.

Rappelons avant tout que l’évaluation est un acte pédagogique qui accompagne la construction de la compétence. Elle permet à l’élève de mesurer ses acquis et le chemin qui reste à parcourir. Elle s’opère dans des situations diversifiées, avec des outils divers.

« Monsieur, il est noté cet exercice? » C’est une phrase que vous devez entendre très souvent j’imagine.

De plus en plus d’établissements se lancent dans la suppression des notes et ont bien évidemment choisi l’évaluation par compétences. Le bilan est très positif, en voici les retombées et surtout les avantages décrits par les différents acteurs :

Pour les parents (évaluation par compétences) : Meilleure visibilité sur la scolarité de leur enfant • Sentiment que les professeurs sont là pour aider leur enfant • Appréciation positive : seuls trois familles ont souhaité que leur enfant réintègre une classe avec notes (il s’agissait de très bons élèves).

Pour les enseignants (évaluation par compétences) : Sentiment de mieux connaître les élèves • Aide au Travail Personnel plus efficace : il est plus facile de cibler les remédiations • Bonne cohérence des équipes : tout le monde travaille dans le même sens • Sentiment qu’ils évoluent professionnellement • Pas de surcroît de travail

Impact sur les élèves (évaluation par compétences) : Diminution du stress • Augmentation de la motivation • Les élèves donnent davantage de sens à l’école parce qu’ils comprennent mieux ce qu’on attend d’eux • Développement des capacités d’auto-évaluation • Dynamique constructive de progrès : la possibilité de réévaluer une compétence non acquise est très stimulante • Pas de décrochage : élèves ayant des difficultés d’apprentissage s’accrochent et progressent − Impact sur la classe : • Bonne ambiance • Bonne cohésion du groupe • Coopération et entraide • Elèves plus dynamiques et spontanés (doivent être canalisés) • Problèmes de discipline quasiment inexistants.

Qu’en pensez-vous ?

Quelques réflexions: 

      • Les notes sont nécessaires, elles aident l’élève à apprendre à se surpasser.
      • L´évaluation par note est le seul moteur de l’apprentissage.
      • Une note n’est pas représentative de ce qu’a appris l’élève, une évaluation par compétences si.
      • Entre le bien-être des élèves et les exigences de l’avenir, quelle place pour les notes à l’école ?