C’est la rentrée. Comment bien démarrer la nouvelle année scolaire ?

C’est le grand jour … la rentrée est là ! Soyons prêt(e)s !

Les grandes vacances sont derrière nous, une nouvelle année scolaire se profile, vous le savez aussi bien que moi, il est important de démarrer du bon pied ! Mais comment bien démarrer la nouvelle année scolaire ? Pour ce premier post de rentrée, nous vous proposons de répondre à cette question en apportant de petits conseils, quelques astuces pour alléger la reprise et surtout poser les bonnes bases de ce qui sera une année riche en apprentissages, et surtout, en français !

Un moment fort en émotions ! : la rentrée, pour tout enseignant, qu’il soit expérimenté ou débutant, est synonyme d’émotions. La rentrée, ça ne s’improvise pas ! Ça se prépare ! On en a déjà parlé plusieurs fois sur notre blog, pour que la classe soit réussie, pour que les apprentissages puissent être gagnants : nos cours doivent être préparés, organisés. Les élèves sont des êtres sensibles, la moindre faille sera ressentie ! On ne va pas exagérer, tout ne se joue pas au premier regard, mais quand même, soyez prêts !

Instaurer un climat de confiance. Vous aurez tout gagné si vous réussissez à constituer un sentiment d’appartenance à la classe, et que vos élèves puissent se sentir partie intégrante de cette classe-équipe. On accueille les élèves, on fait connaissance et dès le debut : on les met en confiance, c’est une des règles essentielles pour commencer à installer ce climat de confiance. Ils doivent sentir qu’ils comptent, que vous vous intéressez à eux.

Mieux se connaitre. « L’élève », et je le mets au singulier, car chaque apprenant est différent, donc chacun d’eux doit sentir qu’il est important à vos yeux (difficile avec une clase de 30, voire plus… mais quand même !). On profitera des premiers jours pour faire connaissance (refaire) et mieux se connaitre si on se connait déjà. Certes, c’est un exercice classique de rentrée mais évitez la fiche de renseignements, c’est désuet, pensez à « innover ». Comme vous savez que j’adore les cartes mentales, on pourra demander aux élèves de réaliser une carte mentale pour se présenter. Et pour avoir le côté jeu-ludique, ils n’inscriront pas leur prénom au centre de la carte mais tout simplement « moi ». Ensuite, place au jeu : on affichera les cartes et on devinera « qui est qui ? »

Faites simple. Soyez explicite dès les premiers instants. Posez les règles, définissez-les ensemble, c’est-à-dire en discutant, on établit un « contrat de travail » de la classe. C’est une bonne manière de souder les liens entre enseignant et apprenants, et bonus : ça nous permet de réviser !

Comme quoi beaucoup de choses se jouent dès la rentrée… Mais dites-le, qui n’angoisse pas la veille de la rentrée ? Qu’on soit enseignant en primaire ou en secondaire, on est tous quelque part un peu anxieux la veille. C’est comme quand les comédiens font leur entrée en scène, le trac s’envole dès les premières paroles, non ? Alors, surtout, pas trop de stress, un peu d’anticipation et d’organisation vous aideront à vous « sentir bien dans vos baskets ». Et l’amour que vous avez pour votre profession est une des armes les plus puissantes que vous possédiez ! Donc, « Zen, soyons zen ».

Finalement, je driais que les mots à retenir sont : précis, clair, rigoureux, organisé. J’ajouterais aussi bonne humeur car en classe de français, on est là pour passer de bons moments avec l’envie de découvrir de belles choses, tous ensemble. Et n’oublions pas que nous, professeurs de français, nous en sommes les vecteurs !

Bonne rentrée 2017 !

 

C’est les vacances, vive les vacances !

Chers / Chères professeur(e)s de français,

Un des moments les plus attendus de l’année est arrivé : les vacances d’été mieux connues sous le nom de grandes vacances !

C’est le moment de vivre à un autre rythme, de tout oublier et de recharger les batteries ! Que la langue française vous accompagne ou pas, profitez au maximum ! Toute l’équipe de PearsonFLE vous souhaite le meilleur pour cet été 2017 !

On vous donne rendez-vous au mois de septembre.

Et pour rester connectés, vous nous retrouvez sur Twitter : @PearsonFLE et notre site de FLE.

Toulouse : étape nº6 de notre tour des capitales des nouvelles régions

Les habitués attendent ce moment avec impatience, le dernier lundi de chaque mois, nous publions un nouveau billet de notre nouvelle saga : le tour des capitales des nouvelles régions de France. Et comme c’est la fin de l’année (scolaire), on pense immédiatement, soleil, mer et vacances. Cette semaine, je vous propose une escale en région Occitanie. Connaissez-vous cette région ? Quelle est la capitale de cette nouvelle région ? Bien vu, il s’agit de la ville de Toulouse. Suivez-moi et partons à  la découverte de cette jolie ville !

Présentation : Appelée aussi la « ville rose », Toulouse est une ville du sud de la France situé à une heure de la mer et une heure de la montagne. Son cadre de vie agréable lui permet d’être très bien située dans le classement des villes où il fait bon vivre. Pour en savoir plus, il sera intéressant de laisser les élèves en faire la découverte sur internet. Demandez-leur de chercher les endroits à voir et à visiter à Toulouse. Alors, concernant le surnom de la ville, les élèves émettront dans un premier temps des hypothèses. Quelques-uns d’entre eux sont peut-être déjà  allés à Toulouse et sauront exprimer avec certitude pourquoi « ville rose ». En effet, ce qui nous frappe lorsqu’on arrive à Toulouse c’est la couleur particulière des bâtiments allant du rose à l’orange foncé. Et lorsque le soleil se couche, les derniers rayons brillent de mille feux sur les façades des bâtiments de la ville : tout simplement ma-gni-fique !

Quel est le symbole de la ville ? Il y a de nombreux symboles attribués à Toulouse. On en profitera pour inviter les élèves à chercher quel est le blason de la ville et d’expliquer sa signification. Cependant, ce qui nous intéresse ici, est l’aspect floral, romantique et de développer notre odorat (chose que l’on fait trop peu souvent en classe !). Alors, sachez que Toulouse est aussi connue comme la cité de la violette ! À quel moment fleurit cette petite fleur ? Bravo, oui, c’est en hiver qu’on peut voir fleurir la violette. La Violette de Toulouse est même une marque déposée, il y a toutes sortes de produits dérivés que l’on peut acheter !

La Cité de l’espace : Les passionnés de conquête spatiale, de fusées et d’astronautes font le déplacement pour visiter la Cité de l’Espace, un parc à thème scientifique qui proposent tout un tas d’expériences ludiques.

Quelques expériences à vivre à Toulouse :

  • manger un bon cassoulet (spécialité gastronomique) : lors de la visite de la ville, la dégustation d’un bon cassoulet toulousain est une étape incontournable ! De quoi est-il composé ? Posez la question à vos élèves.
  • assister à un match de rugby (Toulouse est la capitale du rugby français) : l’équipe du stade toulousain est surnommée les « rouge et noir ». Vos élèves sont peut-être des fans de rugby ?
  • flâner sur la Place du Capitole : un vrai chef d’oeuvre néoclassique. C’est aussi le siège du pouvoir municipal depuis le XIIº siècle. Vos élèves auront à découvrir ce qu’il y a en son centre : que représente ce symbole ?

Le saviez-vous ? : Toulouse a été nommée ville la plus dynamique de France !

Le mot nouveau : « chocolatine » Qu’est-ce que ça peut être ? Du pain et du chocolat ? Eh non ! À Toulouse, si vous allez dans une boulangerie et que vous voulez manger un bon pain au chocolat, il faudra dire « chocolatine ».

 

Vacances studieuses ou pas ? Quelques idées.

C’est bientôt les vacances ! Vacances bien méritées ! Le mois de juin touche à sa fin, c’est l’heure de faire le bilan. Il est sûrement positif, mais nous le savons tous, l’enseignement est en constante transformation et nous, enseignants, il nous faut nous adapter à tous ces changements pour améliorer nos techniques de classe, faciliter les apprentissages de nos élèves et toujours chercher de nouvelles idées motivantes pour tout le monde !

Voici quelques idées pour ceux qui décident de faire rimer : vacances-plaisir avec vacances-studieuses !

1) Partir en France en immersion linguistique pour améliorer votre niveau delangue : seul(e) ou à plusieurs, entre amis ou en famille, quoi de mieux que de se retrouver dans le pays pour pratiquer la langue et se réactualiser ! Comme tout le monde, on a tendance à utiliser trop souvent les mêmes mots, les mêmes expressions ! Un petit voyage en France et être au contact de Français, c’est la meilleure solution pour y remédier et redéclencher certaines choses (endormies dans un petit coin de notre cerveau). Il existe de nombreux organismes qui proposent également des programmes purement linguistiques pour les professionnels de l’enseignement du FLE. C’est aussi une bonne solution ! Lire la suite

Et si on se préparait pour la Fête de la Musique, en français ?

La Fête de la Musique est une fête qui, comme son nom l’indique, nous réunit autour de la musique ! Alors, quel jour a lieu cet événement ? Vos élèves connaissent-ils cette manifestation ? S’ils ne la connaissent pas le jour, mettez-les sur la piste (1º jour de l’été). Et si c’est la première fois qu’ils en entendent parler, demandez-leur : En quoi consiste cette manifestation ? C’est l’occasion de promouvoir la musique, d’inciter les amateurs à se produire bénévolement (expliquez ce terme s’ils ne le connaissent pas 😉 ) lors de concerts de rue. De grands concerts sont également organisés à l’air libre, dans toute la France. Le slogan-homonyme : « Faites de la musique » (insistez sur l’homonyme !) demontre bien que l’objectif nº1 est de faire de la musique, de fêter la musique, ou encore de faire la fête en musique et autour de la musique ! Nous vous proposons un petit tour d’horizon et de quoi préparer les derniers cours de l’année scolaire !

En savoir plus : La Fête de la Musique existe désormais dans plus de 100 pays à travers le monde. À l’origine, c’est une fête française, qui a été signalée dans le calendrier, pour la première fois, en 1982 (c’est-à-dire que cette année, on fête ses 35 ans !), par le ministre de la Culture de l’époque, Jack Lang. Profitez-en pour revoir quelles sont les fêtes françaises que vos élèves connaissent : les fêtes civiles et les fêtes religieuses. Faites brièvement le tour de la question.

Activité lexicale-musicale : C’est l’occasion de travailler le vocabulaire. Voyons, en classe, le champ lexical de la musique. Commencez par les instruments de musique, les élèves miment, à tour de rôle, un instrument et les camarades devinent (en LM bien sûr) de quoi il s’agit. On classera ensuite les instruments selon leur famille : à cordes, à vent et les percussions. Quelles sont ensuite les professions musicales : musicien, chanteur, compositeur, interprète, chef d’orchestre, auteur, etc. (c’est l’occasion de (re)voir le féminin des professions). Par la suite, laissez-les rajouter les mots qui se rapporte à la musique : notes, partitions, paroles, chansons, mélodie, rythme, etc. Pour finir, posez-leur des questions sur leurs goûts musicaux, faites la liste des différents styles. N’hésitez pas à les faire faire : manipuler les instruments (en collaboration avec votre collègue, professeur de musique), créer une carte mentale, et pourquoi pas : chanter !

Activité culturelle : Comme vos élèves le savent, c’est une fête qui a lieu désormais à l’échelle mondiale. Sur le site de la Fête de la Musique, cherchez la carte du monde et projetez-la : vous avez la possibilité de voir tous les événements organisés. On revoit alors la géographie, les pays et les nationalités (c’est un thème très riche comme vous pouvez vous en rendre compte 😉 !). Faites votre propre programme !

Programme : Proposez à vos élèves une petit jeu. Il s’agit de chercher sur internet le programme proposé dans une ville de France. Chacun choisis un ville et cherche les manifestations organisées dans cette ville, le 21 juin.

Playlists : Demandez à vos élèves de préparer leur playlist en groupe. C’est un exercice amusant et motivant. Ils adorent la musique ! Cela leur permet de comparer leurs goûts musicaux et de découvrir d’autres styles. Préparez la vôtre de votre côté et présentez-la à la classe !

En attendant, voici un petit jeu à proposer à vos apprenants afin de tester leurs connaissances en termes de musique et de sons !

Voici 10 raisons de participer à la Fête de la Musique ! Je suis sûre que vos élèves en trouveront d’autres !

Et comme l’enseignement doit être le plus collé à la réalité possible, on n’est bien obligé de leur montrer à quoi ressemblent ces concerts. Voici un exemple : (sons, rythmes et paroles où l’on mêle le français et l’espagnol !!  😉 )

Vive la musique !

 

Créativité chapitre II : 5 idées créatives pour la classe de français

Si vous vous souvenez, il y a quelques semaines, nous avions proposé notre premier chapitre d’ « idées créatives pour la classe de français ». Nous revoici, au mois de juin, avec de nouvelles idées toutes fraiches. Même si le mois de juin rime avec course pour boucler le programme, évaluations, conseils de classe, bulletins, (…), il est plutôt compliqué de développer la créativité. Alors, prenez note de ces quelques propositions pour vos cours de FLE !

L’apprentissage collaboratif : tout le monde sur le même pied d’égalité ! De plus en plus de professeurs de français travaillent en classe par projets, par petits groupes. Les apprenants deviennent acteurs de leur propre savoir ! Tout type d’exercice peut se prêter à une activité collaborative. Même un exercice de compréhension écrite. Je vous donne un exemple : les élèves lisent un document individuellement. Dès qu’un élève ne connait pas un mot, il va l’écrire au tableau. Comme il s’agit de collaboration, si un camarade connait le sens de ce mot, il va l’écrire au tableau. Il n’y a rien de mieux pour la collaboration, l’entraide et la cohésion de groupe. Ensuite, faites-les lire à voix haute, une phrase chacun, veillez à ce qu’ils prononcent plus ou moins correctement. Lire la suite

Lille : Étape nº5 de notre tour des capitales des nouvelles régions.

Depuis le mois de janvier, le dernier lundi de chaque mois, nous vous proposons notre série, qui vous permet de vous évader le temps d’un « billet-culture » et de visiter les nouvelles capitales de régions. Après Strasbourg, nous revoilà pour l’étape nº5 : destination Lille.

On peut distribuer les tâches par groupe : chaque groupe travaille sur un aspect de la ville comme ci-dessous.

Présentation : Avant le 1º janvier 2016, Lille était la capitale de la région Nord-Pas-de-Calais. Suite à la réforme des région, elle est désormais la capitale de la nouvelle région « Hauts-de-France ».  C’est une ville jeune, dynamique et festive, appelée aussi « Capitale des Flandres ».

Une ville riche en art : Lille est le berceau du Musée d’Art Moderne et du Palais des Beaux Arts. Ce Palais est classé comme étant le second musée généraliste de France, juste après le Louvre ! Rendez-vous au centre-ville pour admirer l’architecture et le beau Vieux-Lille d’inspiration flamande. En effet, si vous allez sur la Grand-Place, sachez que des boulets de canon autrichiens sont toujours incrustés dans la façade ! L’influence flamande est aussi très présente au niveau gastronomique. Ne manquez pas de déguster : les gaufres, le spéculoos, la bière, les moules-frites et d’autres noms de plats imprononçables, comme le potjevleesch, le welsh ou le waterzoï.

Carrefour européen : On aime Lille et sa proximité avec l’Angleterre et la Belgique. Au coeur du triangle Paris-Londres-Bruxelles, cela confère à la ville un dynamisme incontournable. Notez bien que depuis Lille, vous êtes situés à environ une heure de Londres, une heure de Paris et 30 minutes de Bruxelles ! Tout cela est dû à l’excellent réseau dont dispose la ville et sa région : gares TGV, autoroutes et tunnel sous la Manche. Elle bénéficie donc d’une position stratégique idéale : c’est le coeur d’une métropole européenne !

Le saviez-vous ? : le Nord de la France est réputé pour ses industries textiles. Alors, si vous souhaitez renouveler votre garde-robe, il y a de bonnnes adresses. Effectivement, à Roubaix, à deux pas de Lille, il y a une usine qui est une ancienne filature et qui propose aujourd’hui des marques dégriffées ! Pour acheter pas cher, il y a aussi de nombreux vide-greniers de quartier qui vous permettront de dénicher des pièces inédites, à prix très bas. Pour faire une petite parenthèse, en classe, n’hésitez pas à travailler le vocabulaire et montrez-leur des photos à l’appui !).

Le mot nouveau : « ch’tis ». Les ch’tis et le ch’ti : mais qu’est-ce que c’est que ça ? Le ch’ti est une langue parlée dans le nord de la France. C’est donc un patois qui a plusieurs dénomminations : chti, ch’ti, chtimi ou ch’timi. Ce mot a été créé par les Poilus pendant la Première Guerre Mondiale, à partir des mots « ch’est ti, ch’est mi »  (c’est toi, c’est moi). Les Ch’ti désigne donc les habitants de la région Nord-Pas-de-Calais.

Événement : chaque année, l’événement incontournale à Lille, c’est sa braderie ! Début septembre, pendant deux jours et deux nuits, des gens affluent de toute part pour assister et participer au plus grand marché aux puces d’Europe. Tout se vend et tout s’achète, les chineurs (encore un mot à faire découvrir !) y trouvent toujours leur bonheur !

Qui a dit que les gens du nord étaient froids et désagréables ? Vous n’avez pas vu le film « Bienvenue chez les Ch’tis »? Et si vous doutez encore, rendez-vous à Lille pour vous imprégner de la joie de vivre lilloise !

Des événements français incontournables et à noter dans le calendrier !

Vous saviez que le mois de mai est le mois où il y a le plus de jours fériés en France ? Mis à part les fêtes religieuses et civiles (on demandera aux élèves quelles sont ces fêtes), il ne faut pas oublier de souhaiter une bonne fête aux mamans ! En France, vous devez aussi sûrement savoir que la date n’est pas fixe contrairement à la fête des mères en Espagne. C’est aussi un mois où la culture et le sport sont au top ! Et pourquoi donc ? Posez la question à vos élèves. Lire la suite

Des idées et explications pour utiliser la carte mentale

On parle beaucoup efficacité, motivation, apprentissage efficace (…). La carte mentale est une bonne manière de mêler tout ça ! Cette semaine, nous allons découvrir un peu plus ce qu’est la carte mentale, quelles sont les utilités en classe de FLE et comment les créer facilement. Êtes-vous au point sur les cartes heuristiques ? Comment les lire ? Comment les construire ? etc. 3-2-1, c’est parti ! 

Alors, commençons par une petite expérience si vous voulez bien. Que vous vient-il à l’esprit quand vous entendez le mot « maison »? Il est bien dommage qu’on ne puisse pas intéragir sur le blog car vos réponses m’intéressent ! Il est évident que si on entend « maison », on visualise automatiquement une maison ou on voit l’image de notre propre maison. C’est ainsi que nous fonctionnons. L’aspect visuel est doncomniprésent.

Comment réagit notre cerveau ? Le savez-vous ? Après ce qu’on vient de dire, on comprend facilement que notre cerveau pense en images et en couleurs ! C’est fantastique, non ? Tout cela est passionnant et si on transpose tout cela au monde de l’éducation et de l’enseignement, on comprend qu’on peut réaliser de bien belles expériences !

On peut réaliser de très belles cartes grâce à de nombreuses applications et logiciels disponibles sur Internet. Or, l’intérêt de faire ses propres cartes soi-même et manuellement est une bonne manière d’individualiser les apprentissages. On peut aussi les construire en groupe, cela est très intéressant. Tout dépend de l’utilité qu’on veut lui donner et dans quel contexte on l’utilise. C’est en passant par la représentation,  qu’on s’approprie l’apprentissage, il s’agit de traduire un message écrit et de le représenter sous forme de schéma appelé, carte mentale. Au début, entrainez-vous avec de petits textes : demandez à vos élèves, en groupe de traduire quelques phrases d’un cours sous forme de carte mentale ! Les mots ont aussi leur place sur la carte, puisque selon la défintion, il s’agit d’une représentation graphique avec des mots et des dessins.

Comment s’y prendre ? Commencer par faire la liste de toutes les idées sous forme de mots ou de mots clés. Ensuite, regrouper ces idées en sous-thèmes, puis dessiner une branche par idée générale. Lorsqu’on représente ces idées, on associe une couleur à chaque idée, puis, on ajoute de petits dessins.

Je vous conseillerais donc de vous entrainer en classe avec les élèves. Commencez par faire de petites cartes toutes simples avec peu de branches et peu d’exemples. Une fois que les élèves ont compris le système, je suis persuadée qu’ils continueront à passer par la représentation sous forme de carte mentale car le visuel l’emporte !!

Alors, dans quels cas passer par la carte mentale ? Je fais mes cartes pour :

  • mémoriser
  • prendre des notes
  • préparer un exposé
  • faire des fiches de révision
  • etc.

Un gros avantage de la carte mentale c’est que les élèves sont vraiment acteurs ! Ce sont eux qui la produisent, qui la dessinent, qui la conçoivent. La carte mentale en classe peut susciter le débat, c’est intéressant, chacun a l’opportunité de s’exprimer, ils confrontent leurs idées et leurs points de vue et font ensuite évoluer tout ça ! Que du positif !

Si on travaille la carte mentale en primaire ou en secondaire peu importe, l’important est de savoir qu’ils s’agit d’une ressource efficace. On peut commencer par présenter cette ressource sous le nom de « carte de représentation des idées » pour y aller progressivement. Si on commence en primaire avec la carte mentale, et dans toutes les matières, on offre aux élèves la possibilité d’apprendre une bonne méthode pour apprendre à apprendre des leçons ! Et cela ne sera pas de trop pour leur entrée au collège ! Ce sont de bonnes habitudes d’étude que nous devons transmettre à nos élèves et la carte mentale en est une ! N’hésitez pas à l’utiliser : la carte mentale ça marche dans toutes les matières et à tous les âges !

 

 

 

Dernières innovations en termes de phonétique et prononciation

Alors, voyons voyons, si on vous dit « phonétique » comment réagissez-vous ? Nos élèves ne sont pas sourds, mais certains sons méconnus les rendent « sourds » à la compréhension des mots contenants ces mêmes sons ainsi qu’à leur prononciation. Notre objectif est donc de débloquer cette “surdité”. La phonétique est une discipline très complète. Comprendre et se faire comprendre sont deux compétences indissociables pour développer des habiletés langagières. J’ai besoin de bien prononcer, de me faire comprendre mais forcément de comprendre mon interlocuteur. Lire la suite