Dernières innovations en termes de phonétique et prononciation

Alors, voyons voyons, si on vous dit « phonétique » comment réagissez-vous ? Nos élèves ne sont pas sourds, mais certains sons méconnus les rendent « sourds » à la compréhension des mots contenants ces mêmes sons ainsi qu’à leur prononciation. Notre objectif est donc de débloquer cette “surdité”. La phonétique est une discipline très complète. Comprendre et se faire comprendre sont deux compétences indissociables pour développer des habiletés langagières. J’ai besoin de bien prononcer, de me faire comprendre mais forcément de comprendre mon interlocuteur.

La phonétique est un domaine trop souvent évité, pour diverses raisons : par manque de confiance, embarras, on ne sait pas comment l’aborder, l’évaluer, etc. Alors, comment convaincre les élèves de l’intérêt de la prononciation ? Comment positiver l’attitude des élèves face à la prononciation ? C’est d’abord à l’enseignant d’assumer sa propre prononciation et d’être convaincu de l’intérêt d’un entraînement à la prononciation. Établir que l’apprentissage d’une nouvelle langue passe d’abord par la reconnaissance puis l’adoption d’une nouvelle musique et de nouveaux sons. Aujourd’hui tout est plus facile car il existe de plus en plus de logiciels et applications qui nous facilitent la tâche. Effectivement, ils nous permettent de travailler la phonétique autrement, de manière interactive et collaborative.

Que sont les logiciels de reconnaissance et synthèse vocale ? Les logiciels transformant un texte en message audio et, à l’inverse, un message audio en texte, offrent des possibilités importantes en éducation. Concrètement, voici deux applications, en éducation :

  • Aider les élèves qui éprouvent des difficultés à lire, à écrire ou à prononcer.
  • Traduire un texte dans une autre langue et le lire. On leur fait par exemple, écrire une syllabe, un mot ou une phrase et on écoute ensuite sa prononciation. Inversement, ils permettent à un élève de prononcer une phrase ou un mot et de voir, par la suite, comment on l’écrit. En plus d’apprendre un mot dans une nouvelle langue, cela permet à l’élève d’entendre sa prononciation et de voir si elle est correcte.

Voici quelques outils et utilités de ces logiciels :

  • Editeurs de texte en ligne gratuits à reconnaissance vocale – Potentiels pédagogiques.
  • Activités d’auto-correction de notre prononciation. Dictez oralement des mots / phonèmes en opposition. Ensuite, cliquez pour vérifier le texte. Puis, corrigez avec une nouvelle production orale.
  • Dictée vocale sur Google Docs : C’est fantastique, on peut mettre en forme notre texte en dictant la ponctuation. À la fin d’une phrase vous pourrez dire « point » ou encore « nouveau paragraphe ». C’est un outil épatant  !

Toujours plus loin : Les avancées dans les logiciels de transcription permettront probablement bientôt de convertir aisément des notes de cours complexes en format audio, qui pourront être écoutées par les élèves qui le désirent. Il y a fort à parier aussi qu’ils permettront même de transférer un exposé oral en texte et d’en faire la lecture sur une tablette par exemple. On prévoit même qu’on pourra bientôt utiliser notre propre voix dans toutes sortes de services en ligne, en remplacement des voix de synthèse habituelles. On pourra par exemple faire parler avec notre propre voix des personnages de jeux vidéo, des services vocaux comme Siri ou encore le GPS. De même, nos messages écrits (méls, SMS, tweets, …), au lieu d’être simplement publiés en mode texte, seront prononcés, avec votre voix, par les smartphones et les ordinateurs de vos correspondants, qui auront ainsi l’illusion de vous entendre en direct. C’est dingue, non ? Certaines applications permettraient même à n’importe qui de parler en empruntant la voix d’une autre personne (un proche, une personnalité…). Vous vous imaginez parler ou chanter avec la voix de Stromae ou Zaz ? ( 😉 ) Jusqu’où va-t-on aller ? Vous ne trouvez pas ça tout de même être un peu inquiétant ? Je vous laisse en juger …

Pour conclure, on pourrait faire un petit sondage : Est-ce plus difficile de comprendre quelqu’un qui ne prononce pas à la perfection (en français) ou comprendre ce que dit un ado français quand il parle ? Pas si simple la réponse, non ?