5 conseils pour se lancer dans la classe inversée en FLE

classe inverséeCette semaine, nous avons décidé de parler de pédagogie et de cette tendance qui, peu à peu, gagne de nombreux adeptes, c’est-à-dire, la pédagogie inversée. Nous souhaitons vous donner quelques précieux conseils qui vous permettront de vous lancer dans l’univers de la classe inversée.

En quoi consiste la pédagogie inversée ? La classe inversée, comme son nom l’indique, consiste à inverser le concept traditionnel de la classe : leçon en classe, activités et exercices à la maison. Désormais, il faut inverser les rôles, ou plutôt, rendre l’élève le plus actif possible pendant le temps de clase.

Pourquoi inverser les clases ? Répondre à des besoins spécifiques : dans nos classes actuelles, de plus en plus d’élèves sont en difficultés, mais par le même temps, de plus en plus d’élèves sont très performants. Nous ne pouvons pas satisfaire ces besoins avec une approche traditionnelle, nous perdons des élèves en chemin…

Différences entre la classe traditionnelle (à gauche) et de la classe inversée (à droite)

© AJC ajcann.wordpress.com translated by Bob l’ami des petits (french)

Voici ci-dessous quelques conseils à suivre pour ceux qui souhaitent se lancer !

  1. Expliquez la démarche à vos élèves : cela n’est pas seulement essentiel dans le cadre de la classe inversée, mais bien tout le temps, j’ai envie de dire ! Expliquer une simple consigne paraît tout simple, mais on ne se rend pas souvent compte que de nombreux élèves passent à côté des consignes, ne savent pas ce qu’il faut faire, ce qu’on attend d’eux, et c’est bien dommage. Alors, prenez le temps de leur expliquer leur rôle, votre rôle, ce vous attendez d’eux. Ils doivent comprendre que vous allez leur donner plus de liberté, davantage de contrôle sur leur apprentissage et cela s’avère très motivant pour les apprenants ! Les temps de classe seront vivants (ça tombe bien, c’est une classe de langue vivante :-)) mais insistez sur le fait que, pour que ça marche, ils doivent jouer le jeu et donc regarder les capsules à la maison.
  2. Allez-y progressivement : d’abord, faites le test auprès d’une seule classe. Puis, commencez par inverser le schéma traditionnel : cours en classe et devoirs à la maison.  Plus tard, une fois lancé(e)s, vous pourrez intégrer la pédagogie de projets. Mais pour l’instant, pour bien débuter, vos élèves regardent chez eux des capsules vidéos et arrivent en classe, avec des questions ou commentaires au sujet de ce qu’ils ont vu (vous êtes là pour y répondre !) mais ils sont surtout prêts à passer à la pratique, au concret, au travail en groupe (ou non), à la résolution d’activités.
  3. Disposition de la classe : c’est un aspect important et non négligeable. Alors, nous ne sommes pas tous égaux, certains ont leur propre salle de cours, d’autres, non. Ça change la donne c’est sûr, je vous l’accorde. Effectivement, l’idéal est d’organiser sa classe en îlots, en petits groupes.
  4. TICE : Qui dit classe inversée, dit utilisation des nouvelles technologies. C’est peut-être ce qui peut vous « faire peur » et vous dire que cela n’est pas pour vous, que c’est trop compliqué… Mais soyez convaincu(e)s que c’est un cap à franchir. L’idéal serait que chaque professeur fasse ses propres capsules vidéos soit à travers de captures d’écran puis en y ajoutant le son (votre voix pour les explications), soit en s’enregistrant lui-même au tableau, en train d’expliquer un point de grammaire (par exemple). Je vous accorde qu’il faut du temps, au début surtout, car une fois que vous avez réalisé vos petites vidéos, eh bien, vous les conservez précieusement comme un livre dans sa bibliothèque. Le gros avantage de créer ses propres vidéos, c’est que les élèves vous connaissent, ils sont habitués à votre manière d’enseigner, votre façon de parler… Vous n’avez pas le temps ? Vous préférez y aller peu à peu ? Vous trouverez tout ce dont vous avez besoin sur Internet, où de nombreux professeurs mettent à votre disposition leurs propres capsules et donnent de précieux conseils.
  5. Mettre mon contenu à disposition de mes élèves : plusieurs possibilités s’offrent à vous. Vos enregistrements doivent être disponibles à tout moment et faciles à trouver. Soit vous disposez d’un espace réservé sur le site de votre établissement, vous pouvez aussi les insérer sur votre blog de classe, soit il existe la possibilité de mettre vos cours en ligne sur YouTube. Et si vos élèves n’ont pas accès à Internet (ce qui est de plus en plus rare de nos jours, où nos élèves sont multi-écrans et multi-connectés), au choix : ou vous leur enregistrez les capsules sur une clé usb, ou vous leur mettez un ordinateur à disposition, dans la salle de classe afin qu’ils puissent les visionner sur le temps de cours.

Bilan : quels sont les objectifs poursuivis ?

  • Réinvestissement des élèves dans leur apprentissage : les élèves s’impliquent dans leur apprentissage, ils sont actifs et acteurs.
  • Changement du rôle et de la place du professeur au sein de la classe : terminée la classe magistrale au cours de laquelle les élèves écoutaient passivement le cours. Place à l’action, l’enseignant « voyage » dans la classe, il est disponible pour les élèves, pour répondre à leurs besoins.
  • Amélioration des résultats : les élèves, du fait de leur implication majeure, sont censés améliorer leurs résultats. Ils prennent conscience du chemin parcouru et du chemin qu’il leur reste à parcourir. Ils participent pleinement dans le processus.
  • Développement de l’autonomie, du travail d’équipe : les élèves deviennent maîtres de leurs apprentissages. Ils gèrent leur travail, peuvent voir les capsules quand ils veulent, autant de fois qu’ils le veulent. En classe, ils solliciteront votre aide, vous serez disponibles pour eux, mais les élèves entre eux apprendront à travailler ensemble, à s’entraider.

Pas encore convaincu(e)s ? Visitez ce site, il est très bien fait, vous y trouverez les réponses à vos questions et de nombreux témoignages de professeurs.

Pour conclure, je vous confierai que je rencontre de plus en plus de professeurs qui se lancent dans cette aventure, ceux qui l’ont testée ne reviendraient pas en arrière. Nous sommes tous d’accord sur une chose : voir nos élèves impliqués et motivés (même ceux qui à priori ne montraient aucun intérêt pour votre matière !), ça n’a pas de prix !

Si ce billet vous a intéressé, vous pourriez aussi aimer :

– Approfondissements sur le sujet de la classe inversée

– Et vous, vous inversez vos classes ?

Pour recevoir chaque semaine les meilleurs contenus dans votre boîte e-mail, n’oubliez pas de vous inscrire à notre blog Fan de FLE !

Et pour plus d’idées, infos et matériel, retrouvez-nous sur PearsonFLE

2 réflexions au sujet de « 5 conseils pour se lancer dans la classe inversée en FLE »

  1. Ping : 5 conseils pour se lancer dans la classe invers...

  2. Ping : CLINE #2 | Pearltrees